La contribution du CESE à l’élaboration du nouveau modèle de développement rendue public

CESE

Fruit d’un large processus de concertation et établi selon une démarche participative (58 acteurs et parties auditionnés et plus de 5800 citoyens interrogés), la contribution du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans la dynamique suscitée par le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI appelant à repenser le modèle de développement pour le mettre en phase avec les évolutions que connaît notre pays.

Le Maroc dispose, de fait, d’importants atouts sur lesquels il peut s’appuyer pour accélérer son développement. Sa richesse réside notamment dans son capital matériel et immatériel, la jeunesse de sa population, son histoire, son rayonnement international et sa position géographique au carrefour des civilisations.

Durant les deux dernières décennies, le Maroc a réalisé, des avancées importantes dans la consolidation démocratique, la réconciliation avec le passé, le développement économique, le bien-être pour les citoyens et l’édification d’infrastructures modernes.

Cependant, des insuffisances importantes ont été relevées en matière de croissance, d’inclusion, de solidarité, d’égalité des chances et de durabilité. Elles ont eu pour conséquence l’accentuation de la polarisation de la société et l’érosion de la confiance des citoyens envers le gouvernement, l’administration et les corps intermédiaires.

Par conséquent, il y a lieu de remédier à ces faiblesses en adoptant de nouvelles inflexions à travers neuf grands choix à même de former le nouveau modèle de développement et permettre d’atteindre l’ambition collective selon une approche méthodique et participative.

  • Choix 1 : un système d’éducation et de formation national, centré sur l’apprenant, basé sur la capacitation, la responsabilisation et la motivation des acteurs, dans l’objectif de former un citoyen acteur du progrès économique et social.
  • Choix 2 : une nouvelle génération de services publics performants et accessibles basés sur la responsabilisation des acteurs et tirant complètement parti de l’opportunité de la transformation digitale.
  • Choix 3: un environnement garantissant une concurrence saine et régulant les avantages, la rente de situation et les privilèges pour favoriser l’investissement productif efficient et la réduction des inégalités.
  • Choix 4 : une transformation structurelle de l’économie, inclusive de l’informel, portée par l’entreprenariat et l’innovation et visant l’émergence industrielle.
  • Choix 5 : des femmes autonomes, actrices de développement et exerçant leurs droits pour une pleine participation à la vie économique, sociale, politique et culturelle.
  • Choix 6 : un monde rural intégré, valorisé, attractif et connecté.
  • Choix 7: une solidarité organisée visant la réduction des inégalités sociales et territoriales, apportant une protection sociale universelle et financée par une juste contribution des citoyens.
  • Choix 8 : un capital naturel protégé, valorisé de manière soutenable pour favoriser la croissance durable.
  • Choix 9 : un Etat de droit, garant de l’intérêt général, menant une action publique territorialisée basée sur la cohérence, la transparence, l’efficacité et l’évaluation systématique.

En vue de concrétiser ces grands choix, le Conseil propose plus de 180 actions dont la mise en œuvre pourrait se faire de manière accélérée sur les 5 prochaines années en assurant les réallocations budgétaires nécessaires, et surtout en suscitant une forte mobilisation qui permettra de dépasser les résistances au changement.