La coopération entre la Chambre des Conseillers et la WFD constitue un partenariat “modèle”

la Chambre des Conseillers

La coopération entre la Chambre des Conseillers et la Fondation Westminster pour la démocratie (WFD) constitue un “modèle” pour tous les partenariats établis entre la Fondation et d’autres institutions législatives, a indiqué le président exécutif de la WFD, Anthony Smith.

Lors de ses entretiens à Londres avec le président de la Chambre des Conseillers, Hakim Benchamach actuellement en visite de travail au Royaume Uni à la tête d’une délégation marocaine, M. Smith a exprimé sa fierté du niveau de la coopération entre la Chambre des Conseillers et la WFD, “qui constitue un modèle pour tous les partenariats établis entre la Fondation et plus de 150 autres institutions législatives à travers le monde”, émettant l’espoir que la visite de la délégation marocaine soit annonciatrice de nouvelles perspectives et opportunités en vue de consolider ce partenariat.

Pour sa part, M. Benchamach a émis sa satisfaction du bilan d’action commune entre la Chambre des Conseillers et la WFD au fil des trois années écoulées, faisant savoir que toutes les conditions sont réunies en vue de renforcer ce partenariat et le hisser au plus haut niveau.

La délégation marocaine a également suivi deux exposés présentés par l’expert Franklin De Vrieze, portant notamment sur le suivi et l’évaluation de la mise en oeuvre des lois et l’étude de leur impact sur les citoyens ainsi que sur la relation entre le parlement et les institutions indépendantes et les moyens de les soumettre à la reddition de comptes sans pour autant porter atteinte à leur indépendance.

Réagissant sur le contenu des deux présentations, les membres de la délégation marocaine ont souligné l’importance de ces pratiques et leur valeur ajoutée dans le renforcement de la confiance placée en les institutions parlementaires, faisant état de la possibilité de saisir l’opportunité de réviser le règlement intérieur de la Chambre des Conseillers afin de réfléchir à la mise en place d’un mécanisme parlementaire permettant de suivre et de contrôler les lois et par ailleurs mesurer leur impact sur le quotidien des citoyens.


→ Lire aussi : Quel rôle pourra jouer la Chambre des conseillers dans l’évaluation des politiques publiques?

Dans le même sillage, le président de la Chambre des Conseillers a appelé à l’intégration de la thématique de “post-contrôle” dans la mise en oeuvre des lois en tant que champs d’action à introduire dans le programme de partenariat futur avec la Fondation Westminster au titre de l’année 2019-2021, afin de permettre aux membres et aux cadres de la Chambre de s’informer des meilleures pratiques dans ce domaine.

Concernant la question de la soumission des institutions indépendantes à la reddition des comptes sans pour autant toucher à leur indépendance, la délégation marocaine a rappelé le rôle important de toutes ces institutions législatives et instances de gouvernance au Maroc, dont des membres sont élus ou nommés par les deux chambres du parlement, soulignant la volonté de la Chambre des Conseillers de placer cette thématique au cœur des chantiers futurs après l’achèvement de la période de restructuration à laquelle sont soumises ces institutions.

Au cours de son déplacement dans la capitale britannique, M. Benchamach s’est également entretenu avec le Président de la Chambre des Lords (Chambre haute du parlement britannique), Lord Peter Norman Fowler des moyens de renforcer la coopération parlementaire entre le Maroc et la Grande Bretagne.


Cet entretien s’est déroulé en présence notamment de l’ambassadeur du Maroc auprès du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Abdesselam Aboudrar.

La délégation marocaine a également eu d’autres rencontres avec les responsables de la Fondation WFD en vue d’évaluer le programme de partenariat établi avec la deuxième Chambre, à la lumière des réalisations accomplies entre avril 2016 et février 2019, dans les domaines des politiques publiques, de l’appui au Centre de recherches et d’études, notamment celles liées à l’action parlementaire, en plus du programme d’assistance parlementaire, des droits de l’Homme, de l’harmonisation des lois, des objectifs de développement durable et des chantiers de la régionalisation et de la justice sociale.