La croissance économique et la solidarité sociale, pièrre angulaire du nouveau modèle de développement

sociale

Le secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Driss Guerraoui, a appelé, lundi à Skhirat, à la nécessité d’adopter un nouveau modèle de développement accordant une grande importance à la croissance économique et à la solidarité sociale.

Le Maroc est à la recherche d’un nouveau modèle de développement qui prend en compte la croissance économique et la solidarité sociale en vue de produire davantage de richesses et d’emplois décents à travers la valorisation du capital humain, a souligné Guerraoui lors de la première session plénière des 1ères assises nationales sur la protection sociale organisées sous le thème “Ensemble pour un système intégré et pérenne de la protection sociale“.

Cette richesse, a-t-il relevé, doit être équitablement repartie entre toutes les régions du Royaume, tout en garantissant la protection durable des citoyens contre les risques de la maladie, du chômage, des accidents de travail, de l’handicap, de la vieillesse et de l’extrême pauvreté.

De son côté, la directrice associée chef des politiques sociales de l’UNICEF, Alexandra Yuster, a indiqué que chaque pays a son propre contexte et qu’il n’existe pas un modèle idéal-type de protection sociale, appelant à tirer des leçons des différentes expériences internationales réussies en la matière.

Un système de protection sociale efficace doit aller au-delà des mécanismes traditionnels de sécurité sociale du secteur formel, aider à lutter contre la vulnérabilité économique et sociale et contribuer au renforcement du capital humain, a-t-elle insisté. Il doit, également, couvrir les individus tout au long du cycle de vie et être adaptatif et flexible afin de faire face aux risques ou crises, a-t-elle ajouté.


→ Lire aussi : Le système de protection sociale doit répondre aux aspirations des citoyens

Pour sa part, Denis Chemillier-Gendreau, expert en protection sociale et Président fondateur du groupe Finactu -groupe de conseil mandaté par l’Etat marocain pour la reforme du système social- a mis en avant l’importance des efforts déployés par le Maroc qui ont permis, entre autres, de réduire la proportion de pauvreté et de vulnérabilité de 38,1% en 2001 à 17,3% en 2014 et d’augmenter l’espérance de vie de plus de 80% de 42,9 ans en 1995 à 77,6 ans en 2015.

Il a, en outre, souligné que la réforme doit permettre de remodeler le système dans son ensemble autours de nombreux objectifs, notamment l’amélioration du rendement social, le renforcement de la pertinence et la qualité du ciblage, l’élargissement de la couverture sociale aux populations nécessiteuses, ainsi que le renforcement et l’actualisation des données disponibles en matière de populations cibles, notamment pour une meilleure évaluation.

Placées sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ces assises nationales sont initiées par le ministère délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance dans le cadre d’un partenariat entre différents départements ministériels et établissements publics concernés et avec le soutien de l’Union européenne et de l’Unicef.


Cet événement vise à ouvrir un débat public entre les différents organisateurs, les acteurs économiques et sociaux, les organisations de la société civile et les experts, en vue d’élaborer une vision intégrée et consensuelle du système de la protection sociale en tant que composante essentielle du nouveau modèle de développement.

Au menu de cette rencontre de deux jours figurent, en outre de cette première session, une autre session sur “Gouvernance, ciblage et financement de la protection sociale“, ainsi que des ateliers axés sur la protection sociale des enfants et des jeunes, de la population en activité, des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, et sur la couverture médicale de base et les établissements de protection sociale.