La CSMD appelée à faire un état des lieux minutieux et à tracer les contours du nouveau modèle de développement

CSMD

Le président de la Commission spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD), Chakib Benmoussa, a indiqué, lundi à Rabat, que la Commission est appelée à faire un état des lieux minutieux et objectif et à tracer les contours d’un modèle de développement renouvelé.

Les missions attribuées à la Commission conformément aux Hautes orientations royales contenues dans le Discours du Trône du 30 juillet 2019 sont axées sur deux principaux objectifs: faire un état des lieux précis et objectif en vue de relever les dysfonctionnements et les points forts et tracer les contours d’un modèle de développement renouvelé à même de permettre au Maroc d’accéder aux rangs des pays avancés, a affirmé M. Benmoussa qui s’exprimait à l’ouverture de la première réunion de la CSMD, qui s’est tenue à l’Académie du Royaume du Maroc.

Il a également souligné que la mission de cette Commission revêt une importance extrême, au vu de l’énormité des attentes et de l’ampleur des défis que le Maroc doit relever à travers une nouvelle dynamique lui permettant de jeter les fondements du processus de développement global sur des bases solides et durables.

Cette dynamique, a-t-il estimé, représente la pierre angulaire du nouveau modèle de développement, dont les contours doivent être tracés dans l’objectif de diversifier les sources de création de richesses et d’élargir le cercle des bénéficiaires à l’ensemble des catégories sociales et espaces territoriaux, précisant que la réussite de cet important chantier national exige des membres de la Commission de faire montre d’audace dans leurs propositions, en totale harmonie avec les principes fondateurs de la Constitution du Royaume, tout en veillant à ce que les suggestions soient réalistes et exécutables.

→ Lire aussi : CSMD: Aicha Akalay et Abdellah Tourabi pour le volet communication


Et M. Benmoussa de poursuivre que l’adoption d’une approche participative favorise la mobilisation de tous les acteurs aussi bien gouvernementaux que non gouvernementaux, autour de la nécessité impérieuse de sortir avec des propositions et conclusions qui bénéficient du soutien de la majorité des parties, facilitant de ce fait, l’appropriation collective des réformes fondamentales et garantissant leur réussite.

Le président de la CSMD a de même expliqué que les principes régissant le travail de la Commission reposent essentiellement sur l’efficacité, la transparence et l’action participative, le but étant de créer un espace propice à l’intelligence collective.

Par ailleurs, M. Benmoussa a relevé que la révision du modèle de développement a été dictée par la nécessité d’accompagner les mutations structurelles que connaît le contexte national et international, faisant savoir que la composition de la Commission réunit les conditions de cohésion et de complémentarité, ce qui constitue les piliers à même d’enrichir le débat et d’aboutir à des solutions innovantes et novatrices dans le cadre d’un modèle de développement au diapason des ambitions du Maroc et de ses citoyens.

Au-delà des compétences et du principe d’intégrité, la composition de la Commission reflète des considérations importantes qui consistent, notamment, en l’appréhension des questions liées à la société marocaine, au vu des secteurs vitaux que représentent ses membres, mais aussi dans la diversité et la pluralité des spécialités et de leur symbiose, ce qui crée un climat propice à l’intelligence collective et à la convergence des visions conformément à un dialogue constructif, tout en tenant compte de la représentativité de l’élément féminin qui reflète la place qu’occupe désormais la femme marocaine dans tous les secteurs relatifs au processus de développement, dans tous ses dimensions.


Ces considérations, a-t-il estimé, consistent également à insuffler un sang nouveau en impliquant des membres jeunes pour contribuer à l’élaboration des choix fondateurs du Maroc de demain, tout en s’ouvrant sur les Marocains du monde vu leur importance comme passerelle entre le Royaume et son environnement international.

Il s’agit aussi d’accorder une place importante aux institutions de gouvernance par l’implication de la Cour des Comptes et du Conseil économique, social et environnemental dans la composition de cette Commission, a poursuivi M. Benmoussa.

La Commission spéciale sur le Modèle de Développement, dont les membres ont été désignés jeudi dernier par SM le Roi Mohammed VI, est composée, outre son Président, de 35 membres ayant des parcours académiques et professionnels pluriels et une connaissance importante de la société marocaine et des questions politiques, économiques et sociales, culturelles et environnementales.