La délimitation des compétences des régions, un prérequis pour l’activation de la régionalisation

La délimitation

Le président de l’Association des régions du Maroc (ARM), Mohand Laenser, a affirmé mercredi à Rabat que la délimitation des compétences des régions constitue un prérequis pour l’activation du chantier de la régionalisation avancée.

Intervenant à l’ouverture du forum parlementaire des régions, organisé par la Chambre des conseillers en partenariat avec le Conseil économique social et environnemental, l’association des présidents des régions et l’association marocaine des présidents des conseils communaux, M. Laenser a souligné que la question des attributions de chaque région est placée en tête des priorités de l’ARM cette année dans le cadre de son partenariat avec le ministère de l’Intérieur.

Après avoir mis l’accent sur l’importance des deux précédentes éditions du Forum en termes d’idées et de recommandations portant sur les divers aspects de la régionalisation, ainsi que sur l’engagement de l’association à œuvrer de concert avec l’ensemble des acteurs pour en assurer la mise en œuvre, M. Laenser a noté que les présidents des conseils régionaux doivent être des partenaires à part entière au regard de leurs compétences et capacités les habilitant à proposer des solutions pour accélérer l’activation du chantier de la régionalisation avancée.

Dans le cadre du programme d’action de l’association visant à déterminer le cadre adéquat de l’action commune entre l’Etat et les régions en vue de réaliser les plans de développement régional et d’activer les compétences de la région, le président de l’ARM a rappelé qu’il a été convenu avec le ministère de l’Intérieur, par le biais de la Direction générale des collectivités locales, d’ouvrir un nouveau chantier visant à tracer les contours du cadre contractuel au lieu des conventions provisoires et multipartites liées à chaque projet.

Il a dans ce cadre indiqué qu’une étude avait été menée pour clarifier et mettre en lumière chacune des attributions dévolues aux régions, dans le cadre d’une méthodologie participative et des concertations élargies entre les régions et les départements ministériels concernés, afin de progresser vers un consensus sur la lecture des ces compétences et de concrétiser la volonté commune de hâter la cadence du chantier national de la régionalisation avancée.


→ Lire aussi : La délimitation des frontières maritimes, une décision souveraine qui revêt une dimension économique, stratégique et diplomatique

L’action de six groupes de travail présidés par les présidents des Conseils régionaux a permis l’élaboration de deux documents, à savoir le projet de charte de mise en œuvre des compétences de la Région, lequel détermine 44 compétences et définit les engagements des régions et départements ministériels. L’accent a été mis aussi sur un rapport compilant les plus importantes conclusions sur les mécanismes et les conditions d’activation pratique de ces attributions.

Au cours du Forum des régions, le président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC), Mohamed Boudra, a souligné que les collectivités territoriales assument un rôle on ne peut plus déterminant en matière de développement que ce soit dans sa dimension économique, à travers la création des richesses, où dans son volet social via une approche de proximité de manière à répondre aux aspirations sociétales, ou encore dans son aspect politique à travers la consécration de la démocratie locale.

M. Boudra a, de même, estimé que les collectivités territoriales constitue l’épine dorsale de tout projet ou modèle de développement, d’où la nécessité de renforcer leurs capacités sur le front de la gestion locale.


Après avoir relevé que le succès de la régionalisation avancée est tributaire des solutions apportées aux différentes préoccupations qui en découlent, il a expliqué que les compétences dévolues aux régions tendent à leur investir d’un large pouvoir dans différents domaines relevant de leur ressort territorial. Le responsable territorial a, en outre, indiqué que le Maroc œuvre à faire de la régionalisation avancée et des collectivités territoriales un levier du développement, par le biais de la décentralisation et d’une approche globale et intégrée de nature à donner de la vigueur à la décentralisation territoriale, à stimuler le processus de développement et à impliquer l’ensemble des acteurs.

Les travaux de l’édition 2018 du forum parlementaire, en partenariat avec le Conseil économique, social et environnemental, l’association des présidents des régions et l’association marocaine des présidents des conseils communaux, avec le soutien des partenaires internationaux de la Chambre, sont consacrés aux progrès réalisés dans les domaines de la spécialisation, de la gouvernance et de la consultation, à travers des thèmes liés aux “compétences régionales, ressources disponibles et contraintes d’ordre pratique”, “partenariat et exigences de la gouvernance régionale” et “démocratie participative et enjeux des instances consultatives régionales”.