A LA UNESociété

La famille du martyr Aït Ljid Benaissa de Fès exprime son écœurement suite aux propos de Mâati Monjib salissant sa mémoire

Dans un texte de désapprobation, les membres de la famille Aït Ljid Benaissa exprime leur colère contre les propos injurieux de Maâti Monjib après sa libération qui joue la victime et insulte les autorités. Voici le texte de cette réaction :

« Avec étonnement, nous avons reçu les déclarations de Maâti Monjib, qui a continué à se présenter comme un gauchiste et historien de la vie politique, concernant le cas de notre fils, le martyr Mohamed Aït Ljid Benaissa, alors que nous nous battons encore aux côtés de ses camarades et de toutes les énergies qui croient en la justice de sa cause, et ce pour révéler la vérité.

« Monjib, qui est censé être compétent et objectif dans son traitement de ce genre de question, a déclaré, d’une façon immorale et sans évoquer les données historiques, politiques et juridiques connues sur l’affaire de notre fils, que Mohamed Aït Ljid a fait l’objet d’une prescription ». C’est le même disque répété par les dirigeants du parti bien connu qui continuent à déformer le débat, alors que la défense de notre fils, ainsi que des expertises juridiques, ont précédemment confirmé que le délai de prescription n’est pas inclus dans cette affaire, d’un point de vue juridique.

« Sur le plan moral et historique, le délai de prescription pour les crimes d’assassinat politique n’est pas posé, car la question concerne le droit à la vie, et c’est le droit sacré qui est garanti par toutes les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme que Maati Monjib prétend défendre.

« Parmi les grandes insultes des décennies de combat et militantisme dans les universités, Monjib a déclaré, de manière superficielle et sans aucune explication ni justification, que les affrontements qui se passaient dans l’université étaient des confrontations encouragées par ce qu’il appelait à l’époque la «police politique».

Les abus de Maati Monjib ne se sont pas arrêtés là. Il a redoublé d’efforts pour dénigrer le dossier de notre fils, et il a dit que le témoin dans ce dossier avait été condamné, avant de se transformer en témoin, ce qui, selon lui, contredit la loi et confirme l’existence d’un ciblage. Il a déclaré que le témoin a changé d’avis après 2012, alors qu’il était employé dans une commune rurale.

La vérité est que Monjib continue d’abuser et de déformer les faits pour servir les agendas de ceux qui sont derrière l’assassinat, et ce en le planifiant pour en finir avec la gauche, ses symboles et idées dans ses bastions historiques.

La vérité, comme tout le monde le sait, c’est que le principal témoin dans cette affaire est considéré comme l’un des militants qui entretiennent les braises pour révéler la vérité. Il a payé le prix de cela injustement et agressivement, et il continue toujours de le payer.

Au lieu que Monjib défende les faits de manière objective, il est allé trop loin pour les déformer afin de servir les agendas des parties impliquées dans le crime, et il espère les rapprocher de la gauche.

Et tandis que nous renouvelons notre ferme condamnation de ces déclarations lugubres de Maâti Monjib, nous affirmons que nous plaçons notre confiance en les camarades du martyr et porte-parole officiel des camarades, pour répondre à ces fausses déclarations de faits et autres déclarations visant à insulter l’héritage de la gauche ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page