A LA UNECoronavirus

La FDA met en garde contre un syndrome nerveux rare sur le vaccin de Johnson & Johnson

L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a décidé d’ajouter une étiquette sur le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson, avertissant qu’il a été lié à de rares cas de syndrome de Guillain-Barré (SGB), un trouble neurologique dans lequel le système immunitaire de l’organisme attaque par erreur une partie du système nerveux.

La mise en garde fait suite à une centaine de rapports préliminaires de cas de Guillain-Barré sur environ 12,5 millions de doses administrées par Johnson & Johnson aux Etats-Unis, a indiqué la FDA dans un communiqué lundi soir.

Sur ce total, 95 cas étaient graves et ont nécessité une hospitalisation, et un décès a été signalé. Toutefois, la FDA n’a pas cherché à établir une relation de cause à effet entre le vaccin et cette maladie rare.

« Bien que les preuves disponibles suggèrent une association entre le vaccin de Janssen et un risque accru de SGB, elles sont insuffisantes pour établir une relation de cause à effet« , peut-on lire dans le communiqué.

→ Lire aussi : Le Danemark revoit la suspension des vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson

« Il est important de noter que la FDA a évalué les informations disponibles sur le vaccin Janssen COVID-19 et continue de penser que les avantages connus et potentiels l’emportent clairement sur les risques connus et potentiels« , a souligné l’agence sanitaire.

Les cas sont survenus pour la plupart environ deux semaines après la vaccination et principalement chez des hommes, dont beaucoup sont âgés de 50 ans et plus, ont précisé, de leur côté, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) dans un communiqué.

Les cas sont rares, « mais ils indiquent probablement un petit risque possible de cet effet secondaire à la suite de ce vaccin« , ont relevé les CDC.

La mise en garde de la FDA conseille de consulter immédiatement un médecin en cas de symptômes post-vaccination tels que « faiblesse ou sensations de picotement (en particulier dans les jambes ou les bras) s’aggravant ou s’étendant à d’autres parties du corps, difficultés à marcher, difficultés à effectuer des mouvements faciaux, y compris à parler, mâcher ou avaler, vision double ou incapacité à bouger les yeux, ou difficultés à contrôler la vessie ou les fonctions intestinales« .

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page