La FMI et les PDG lancent des avertissements alors que les dirigeants se réunissent à Davos

Christine Lagarde à Davos

Le Fond monétaire international a abaissé lundi ses prévisions de croissance mondiale et une enquête a révélé un pessimisme croissant chez les chefs d’entreprise, alors que des tensions et des incertitudes commerciales pesaient sur le plus grand rassemblement annuel de riches et de puissants au monde.

Les sombres prévisions du FMI, publiées à la veille du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, ont mis en lumière les défis auxquels sont confrontés les décideurs politiques pour faire face à un éventail de crises réelles ou potentielles, de la guerre commerciale américano-chinoise et au Brexit.

Après deux années d’expansion solide, l’économie mondiale croît plus lentement que prévu et les risques augmentent“, a déclaré à la presse Christine Lagarde, Directrice générale du FMI.

«Est-ce que cela signifie qu’une récession mondiale est imminente? Non, mais le risque d’un ralentissement plus marqué de la croissance mondiale a certainement augmenté », a-t-elle déclaré, exhortant les décideurs politiques à se préparer à un « ralentissement sévère ».

Dans son rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale publié lundi, le FMI prévoyait que l’économie mondiale connaîtrait une croissance de 3,5% en 2019 et de 3,6% en 2020, en baisse de 0,2 et 0,1% respectivement par rapport aux prévisions d’octobre dernier.


«Il existe tellement de variables et d’incertitudes au niveau mondial, allant de la tension des échanges aux changements géopolitiques, de sorte que beaucoup d’activités et de sentiments de marché échappent à notre contrôle», a déclaré Laura Cha, présidente de la bourse de Hong Kong.

Les déclassements du FMI reflètent principalement des signes de faiblesse en Europe. L’Allemagne, son pays exportateur, est pénalisée par les nouvelles normes d’émissions de carburants destinées aux voitures et l’Italie est sous la pression des marchés en raison de la récente impasse budgétaire entre Rome et l’Union européenne.

Le prêteur mondial a également évoqué un ralentissement plus important que prévu de l’économie chinoise et un possible Brexit «sans compromis», qui pourraient aggraver les turbulences des marchés.

Un sondage réalisé par le géant de l’audit et de la comptabilité, PwC, auprès de 1 400 dirigeants, a révélé que 29% des personnes interrogées pensent que la croissance économique mondiale va diminuer au cours des 12 prochains mois, soit le pourcentage le plus élevé depuis 2012.


Aux États-Unis, le changement le plus marqué concerne les dirigeants d’entreprise, mais la proportion de PDG qui s’attendaient à un ralentissement de la croissance a sensiblement augmenté dans toutes les régions.

→Lire aussi:10 prévisions pour l’économie mondiale en 2019

«C’est tout un retournement de tendance par rapport à l’année dernière et l’atmosphère plus sombre règne un peu partout dans le monde», a déclaré Bob Moritz, président mondial de PwC.

“Avec la montée des tensions commerciales et du protectionnisme, il va de soi que la confiance diminue.”


Tim Ryan, président américain de PwC, a déclaré à Reuters : “L’environnement nous a peu gâté six à huit ans après la crise financière”, décrivant une économie incertaine comme la nouvelle normalité.

“Les gens s’habituent à la volatilité.”

 

L’ombre chinoise qui s’agrandit

Les craintes d’un ralentissement mondial ont secoué les marchés et contraint la Réserve fédérale américaine à signaler une pause dans son cycle de hausse des taux d’intérêt, alors que les investisseurs s’inquiètent de la faiblesse des signes en Chine et des conséquences des frictions commerciales sino-américaines.


Les données publiées lundi montrent que l’économie chinoise a ralenti au quatrième trimestre en raison de la chute de la demande intérieure et des tarifs des États-Unis, entraînant la croissance de 2018 au plus bas depuis presque trois décennies.

«Parfois, nous nous effrayons nous-mêmes. Il reste donc à voir comment s’accentuera cette lenteur, et à quel point sera négative cette mauvaise passe, voyons à quoi ressemble le premier trimestre», a déclaré Cha.

Les analystes interrogés par Reuters estiment également que le Japon risque de sombrer dans une récession, ce qui maintiendra la banque centrale du pays sous pression pour maintenir son plan de relance massif.

Le FMI a coupé ses prévisions de croissance pour la zone euro et les pays en développement, tout en maintenant ses prévisions d’expansion aux États-Unis de 2,5% cette année.


Il a également maintenu ses prévisions de croissance en Chine à 6,2% en 2019 et en 2020, mais a indiqué que l’activité économique pourrait ne pas répondre aux attentes si les tensions commerciales persistaient, malgré les efforts de l’État pour stimuler la croissance en augmentant les dépenses budgétaires et les prêts bancaires.

«Comme on l’a vu en 2015-2016, les préoccupations concernant la santé de l’économie chinoise peuvent déclencher des ventes brutales et de grande envergure sur les marchés financiers et les produits de base, qui mettent ses partenaires commerciaux, les exportateurs de produits de base et d’autres marchés émergents sous pression», a-t-il déclaré.

La Grande-Bretagne devrait atteindre une croissance de 1,5% cette année, malgré des incertitudes quant à la projection, qui repose sur l’hypothèse d’une sortie ordonnée de l’UE, a-t-il ajouté.

 

Avec Reuters.