A LA UNEEconomie

La formation, levier de croissance et de sortie de crise

Btissam Laamime (*)

Le vieil adage qui dit: «les collaborateurs sont le principal atout de l’entreprise », est, on ne peut plus faux car ce sont, en réalité, les « bons collaborateurs » qui constituent cet atout. Le déploiement des initiatives stratégiques suppose l’excellence dans l’exécution, à tous les niveaux de l’entreprise. Il est donc nécessaire de souligner l’importance que revêt la formation.

Lorsque la stratégie impose des évolutions profondes, la formation a pour rôle premier de mettre à niveau un nombre suffisant de collaborateurs pour accomplir le travail attendu.

Bien avant la crise actuelle, l’évolution des technologies avait grandement bouleversé les méthodes de travail au sein des entreprises et impacté la demande en matière de compétences. La pandémie a accéléré cette tendance, qui était déjà fortement entamée suite à la part, de plus en plus importante, occupée par l’automatisation et l’intelligence artificielle.

Ce changement de paradigme dans « la vie des entreprises » place aujourd’hui, plus que jamais, le besoin et la nécessité de formation au centre des préoccupations de toute stratégie opérationnelle.

Le changement des modes opératoires actuels implique une modification des compétences essentielles et l’accélération des besoins en formation.

L’évolution de la situation pandémique à l’échelle internationale, avec de nouvelles contraintes, en matière d’organisation du travail au sein des entreprises a fondamentalement modifié les modes opératoires de celles-ci.

En effet, le travail à distance a gagné du terrain, bien plus qu’auparavant, pour s’installer durablement dans la vie des entreprises.

Un récent sondage de Gartner CFO1 révèle que, près de trois directeurs financiers sur quatre prévoient de « transférer au moins 5% des employés, précédemment sur place, vers des postes à distance, de façon permanente, après la COVID-19».

Si de nombreux employés ont appris à s’adapter dans l’urgence à ce nouveau mode de travail« imposé »par la situation sanitaire, il est cependant acquis que la poursuite du travail à distance constituera dans le futur, un défi à relever afin de renforcer les compétences en la matière, et bien au-delà. Les années à venir devraient consacrer la formation continue comme valeur première au sein des entreprises. Cela passera par la valorisation, la revalorisation et la requalification des compétences.

La formation continue s’adapte aux nouvelles exigences: nouveaux domaines & nouveaux supports.

La transformation numérique de nos économies, nécessite des formations plus fréquentes dans des domaines de compétences plus diversifiés, allant du savoir-faire au savoir-être.

Il s’agit, en effet, de développer à la fois, les capacités numériques et les connaissances techniques des employés, mais aussi leurs compétences sociales et émotionnelles, ainsi que leur faculté d’adaptation et de résilience.

Par ailleurs, les nouveaux domaines de formation couvrent de vastes champs de compétences à maitriser : la digitalisation de divers secteurs d’activité, la gestion de la relation client dans un environnement distant, le passage à la télémédecine et aux téléconsultations, la restructuration des chaînes d’approvisionnement accompagnant les futures relocalisations d’une partie des industries, dont l’agro-alimentaire, pour ne citer que les plus visibles…

Nos manières de vivre, de consommer, de visiter un musée, de communiquer, etc. ont été profondément modifiées. Cela provoquera inévitablement, l’émergence de nouvelles missions pour lesquelles une large requalification des emplois et des compétences, sera plus que nécessaire.

Dans ce grand bouleversement, le paysage de l’apprentissage s’est modifié lui aussi, il est donc devenu primordial, d’être capable d’assurer la formation nécessaire, là où se trouvent les salariés, même à distance. Le e-learning et le blend learning, deux modalités de formation déjà existantes, se révèlent plus adaptées aujourd’hui. Elles ont démontré leur efficacité depuis leur mise en place, permettant un apprentissage particulièrement productif pour répondre aux divers besoins exprimés.

Cette nouvelle donne permet aux entreprises d’investir dans leurs « réservoirs » de compétences, en augmentant les connaissances, le savoir-faire et le savoir-être de leurs équipes.

Former pour répondre aux nouveaux enjeux, nécessite une stratégie efficace de gestion des talents.

Les grandes entreprises, parmi les plus avancées,fixent désormais de nouveaux objectifs en matière de formation, centrés sur le déploiement de la stratégie et sur la performance économique collective.

Pour assurer leur prospérité, pendant et après la crise, les entreprises doivent (re)construire et pérenniser leur « capital social ». Toutefois, il reviendra à leurs dirigeants de mettre en place, rapidement, des mesures pour accompagner ces importantes transformations.

Pour cela, il est nécessaire d’établir une stratégie prévisionnelle en matière de formation, en identifiant, tout d’abord, les compétences exigées par l’activité et les nouveaux processus qu’exige celle-ci.

Il est également indispensable de requalifier et de redéployer les talents de l’entreprise qui constituent un vivier de forces vives, vers des compétences tout à la fois numériques, cognitives, sociales, émotionnelles, d’adaptation et de résilience.

Avec cette stratégie prévisionnelle, les dirigeants peuvent lancer des parcours d’apprentissage personnalisés pour combler les lacunes identifiées. Ils auront, dès lors, le loisir de recourir à des partenaires en formation, capables de leur fournir des programmes et des outils numériques favorisant l’apprentissage et renforçant le sentiment de cohésion des équipes.

Enfin, l’entreprise se doit de tester cette stratégie de formation et de l’adapter, se nourrissant par là même de son expérience et de son apprentissage institutionnel, afin d’être prête à appliquer ces acquis, lors de nouveaux événements marquants.

S’adapter, se donner les moyens de sortir d’une tempête, c’est être capable d’envisager sereinement toutes celles à venir.

La situation économique et sociale inédite que vivent les entreprises aujourd’hui leur fait réaliser, plus que jamais, que c’est en s’appuyant sur leurs collaborateurs, qu’elles pourront relever le défi de sortie de crise.

La formation professionnelle permettant la montée en compétences, est le levier indispensable pour assurer l’excellence, à court et long terme. Elle doit aujourd’hui, occuper une place privilégiée dans la vie de l’entreprises, de ses collaborateurs, de ses clients et de ses partenaires, avec l’objectif qu’elle bénéficie, enfin, à tous.

* Experte en efficacité commerciale et techniques de vente.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page