La Libye devrait tenir des élections même si le projet de constitution était rejeté

La Libye devrait tenir des élections même si le projet de constitution était rejeté

La Libye devrait poursuivre les élections nationales, même si les électeurs rejettent un projet de constitution dans le cadre d'un référendum prévu, a déclaré le président du parlement du pays, reconnu à l'échelle internationale.

Les commentaires d'Aguila Saleh pourraient contribuer à apaiser les inquiétudes des Nations Unies et des pays occidentaux selon lesquels la Chambre des représentants pourrait saper les efforts visant à organiser des élections afin de mettre fin au conflit qui dure depuis des années en Libye.

Les Nations Unies et les puissances occidentales espèrent que la Libye organisera ses élections nationales en juin après la tenue d'un référendum sur un cadre constitutionnel destiné à sortir du conflit, qui découle du renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.

"Parce que nous voulons une constitution (basée sur) un consensus, cela prendra du temps ... Nous avons besoin d'un pouvoir exécutif et il n'y a pas d'autre choix que (l'élection) d'un président temporaire (si le projet de constitution est rejeté)", a déclaré Saleh à Reuters en interview pour le week-end dans sa ville natale de Qubba, dans l'est de la Libye.

Il n'a pas mentionné une date possible pour les élections.

Un plan français, soutenu par les Nations Unies, avait initialement appelé à des élections nationales le 10 décembre, mais des semaines de combats dans la capitale Tripoli entre groupes rivaux et l'échec du Parlement à approuver les lois nécessaires ont rendu cela impossible.

La Libye a deux gouvernements, l'un dans la capitale Tripoli et un rival à l'est allié au commandant Khalifa Haftar, dont les forces contrôlent l'est. Haftar est considéré comme un candidat potentiel à la prochaine élection présidentielle.

→Lire aussi: Le règlement politique de la crise en Libye, tributaire de la garantie des conditions sécuritaires convenables

La Haute Commission électorale nationale (HNEC) a déclaré le mois dernier qu'elle pourrait organiser un référendum en février si elle recevait un financement du gouvernement basé à Tripoli et soutenu par l'ONU.

Saleh a déclaré que la Chambre des représentants pourrait, si nécessaire, obtenir des fonds du gouvernement de l'Est lié à Haftar pour permettre le référendum sur le projet de constitution.

Persuader les électeurs d’approuver un projet de constitution pourrait s’avérer très difficile dans un pays aussi profondément divisé entre deux gouvernements et parlements rivaux, ainsi que par des frontières tribales.

Si les électeurs rejetaient le projet de constitution, a déclaré Saleh, un comité spécial devrait travailler sur une nouvelle version. Le projet actuel envisage un système parlementaire avec deux chambres mais également avec une présidence forte.

Les Nations Unies souhaitent organiser une conférence nationale pour les Libyens au début de 2019 afin de surmonter les divisions du pays et de décider du type d'élections à organiser, qu'elles soient présidentielles ou parlementaires.

 

Abdellah Chbani avec Reuters

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :