La lutte contre la violence à l’égard des femmes requiert la coopération de tous

violences

Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani a souligné mardi la nécessité de renforcer la coopération collective pour lutter contre le phénomène de la violence faite aux femmes, chacun depuis son poste.

Lors d’une rencontre avec la présidente du Comité national chargé des femmes victimes de violence, Zhour El Horr et des membres du comité, M. El Otmani a affirmé que l’éradication du fléau de la violence faite aux femmes nécessite une mobilisation collective qui intègre les secteurs gouvernementaux et les institutions officielles compétentes, outre une coopération avec les organisations de la société civile et autres composantes de la société.

A cet égard, le chef du gouvernement a plaidé pour le renforcement et la coordination des efforts pour lutter contre ce phénomène et l’adoption d’une approche intégrée conformément à la loi 103.13 relative à la lutte contre les violences faites aux femmes, qui stipule la création de mécanismes institutionnels pour prendre en charge les femmes victimes de violence, dont fait partie le Comité national chargé des femmes victimes de violence.

Il a aussi félicité la présidente du comité pour les efforts déployés dans le domaine des droits de l’Homme et de la défense des droits des femmes, tout en saluant les autres membres du comité à qui le législateur a confié plusieurs tâches relatives notamment au système de parrainage des femmes victimes de violence et à la contribution à la prise de conscience de la nécessité d’efforts concertés pour endiguer ce fléau.

De son côté, Mme El Horr a souligné que le comité a débuté ses travaux depuis plus d’un an, précisant que cette période coïncide avec le déclenchement de la pandémie Covid-19, qui a poussé le comité à adapter ses travaux à la situation pandémique, et à s’enquérir des mesures prises par les différents secteurs et départements pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et le soutien apporté aux victimes dans le contexte de la pandémie de coronavirus.


La présidente du comité a aussi fait part de l’implication des divers acteurs dans une dynamique positive pour éradiquer ce fléau, et des diverses opportunités disponibles pour une action conjointe avec les acteurs civils et internationaux.

Le chef du gouvernement avait présidé en septembre dernier la cérémonie de nomination des membres du Comité national chargé des femmes victimes de violence.

( Avec MAP )