La Mort du penseur ou comment la quantité l’emporte sur la qualité

Comment penser différemment, autrement, dans un monde où tout nous pousse plus ou moins à penser, à agir, à écrire, à chercher, etc. comme tout le monde ? L’idée phare de ce court essai est celle de la tragédie démographique que le monde vit aujourd’hui, sous le règne de la quantité. C’est ce que l’auteur, Mehdi K. Benslimane, appelle l’ère de la distraction par la multiplication. La modernité ainsi que la liberté tout à la fois favorisent les phénomènes d’accélération et d’accumulation de la multiplication dans plusieurs secteurs confondus.

 Et le monde de la recherche ? Dans la recherche scientifique de même que dans les autres sphères de la vie, les questions, bien entendu, ne se valent pas : il y a de petites comme de grandes questions. Des questions superficielles comme des questions essentielles. Des questions légères comme des questions profondes. Puisant des exemples dans des disciplines telles que l’économie, la démographie, l’anthropologie, la sociologie et la science politique notamment, l’auteur  propose de partager une somme de réflexions, d’observations, sur des questions essentielles dont certaines dépassent le domaine étroit de la science : la mort du penseur ; la quantité et la qualité ; les bonnes et les mauvaises questions ; l’enseignement et la recherche ; le chercheur partisan-collectif et dissimulateur; l’écriture et la littérature.

Mehdi K. Benslimane, diplômé en économie et docteur en science politique de l’IEP de Grenoble, son travail est qualifié de transdisciplinaire par Edgar Morin qui a salué sa thèse originale sur les rapports presse/pouvoir dans le cadre du Prix Le Monde de la Recherche en 2016. Passionné d’écriture et de poésie, chercheur associé à des centres de recherche (PACTE, IURS), il est l’auteur de nombreux articles dans la presse internationale ainsi que de contributions dans des revues scientifiques spécialisées en sciences humaines. Désormais disponible au Maroc à Casablanca et Tanger au prix de 99 dirhams.

« Le penseur est mort. Vive le chercheur ! », Mehdi K. Benslimane, Éditions l’Harmattan, 2020.