La pandémie du Coronavirus: Quel impact sur le Maroc et le Monde ?

pandémie

Par Jawad KERDOUDI

Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)

Déclenchée en Décembre 2019 à Wuhan capitale de la province du Hubei au centre de la Chine, la pandémie du Covid 19 a atteint 186 pays au 1er Avril 2020 ayant entraîné la contamination de 865.000 personnes et causé 43.000 victimes.

Plus de la moitié de la population mondiale est confinée, car à ce jour aucun vaccin n’a été trouvé. Le confinement a pour but de limiter la prorogation de la maladie, car il a été démontré que la contamination ne se fait que par contact entre personnes, ou en touchant un objet contaminé par le virus. Selon le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, c’est la pire crise mondiale qu’a connue l’ONU depuis sa création.

Fort heureusement notre pays le Maroc a été moins touché à ce jour par la pandémie, comparé à l’Italie, l’Espagne, les Etats-Unis, la France et la Chine, qui ont eu à déplorer le plus de victimes. On ne peut que se féliciter de la stratégie adoptée par le Maroc sous l’égide du Roi Mohammed VI pour lutter contre cette pandémie. Tous les acteurs officiels ont joué leur rôle avec dévouement, avec une mention particulière pour le personnel soignant et les forces de sécurité.


Les mesures qui ont été prises ont consisté tout d’abord à organiser le confinement et à sensibiliser la population sur les mesures de précaution. Afin de faire face au développement des dépenses de santé, et pour venir en aide aux entreprises et aux salariés en difficulté, un fonds spécial a été créé et s’est élevé à 28 milliards de dirhams au 25 Mars 2020, grâce aux dotations du budget de l’Etat, des organismes publics et privés, et des particuliers. Les médias audio-visuels ont également bien joué leur rôle pour l’information continue sur le développement de la pandémie, et pour la sensibilisation aux mesures de précaution. Le peuple marocain s’est montré dans cette épreuve discipliné, citoyen et solidaire.

Les conséquences de la pandémie sur l’économie marocaine sont très difficiles à évaluer, car nul ne sait à quelle date elle prendra fin. Mais d’ores et déjà, on peut prévoir une chute drastique du PIB pour l’année 2020. En effet, beaucoup d’entreprises de production et de services sont à l’arrêt total ou partiel. D’autre part, la campagne agricole s’annonce faible du fait d’une pluviométrie insuffisante. Les réserves en devises étrangères vont pâtir de la baisse des exportations, des transferts des Résidents marocains à l’étranger, et des investissements directs étrangers.

Certes, le Comité de veille économique a déjà pris des mesures pour aider les entreprises et les travailleurs en difficulté. Mais il apparaît nécessaire d’établir dans les meilleurs délais une loi de finances rectificative pour l’année 2020, tenant compte des nouveaux paramètres causés par la pandémie. Des mesures fortes doivent êtres prises, comme par exemple la restriction temporaire des importations de produits non indispensables à l’économie. D’autre part, la Commission spéciale sur le modèle de développement doit également tenir compte des nouveaux paramètres issus de la pandémie, en donnant la priorité à la santé, l’éducation, l’intégration du secteur informel, et la réduction des inégalités sociales et territoriales.

Quant au  reste du monde, il va également subir de grands changements. La pandémie du coronavirus a mis en lumière les conséquences négatives de la mondialisation. A titre d’exemple, on peut citer le cas des masques, dont la production insuffisante en France a imposé l’importation de grandes quantités de Chine. Les Etats vont certainement redimensionné leur industrie pour moins dépendre de l’étranger. Il s’en suivra automatiquement une montée du protectionnisme avec une circulation moins aisée des marchandises et des personnes.


Cette pandémie du coronavirus a également mis en exergue le rôle incontournable de l’Etat pour la protection sociale. D’où le besoin d’un retour à “l’Etat providence” pour garantir l’assurance maladie et la retraite d’une manière universelle. Dans toute politique publique, le social sera priorisé au détriment parfois de l’économique. Le leadership mondial connaîtra une course effrénée entre les Etats-Unis et la Chine, alors que l’Europe si elle ne consolide pas son unité, risque d’être marginalisée. Quant à l’Afrique, il  faut espérer qu’elle sortira avec le moins de dégâts possible de cette pandémie qui ne fait que débuter sur ce continent.

En conclusion, cette pandémie 2020 du coronavirus aura des conséquences importantes pour le monde entier. Les débats sur l’après pandémie ne font que commencer. Ils aboutiront peut être à des changement systémiques et à un nouvel ordre mondial.