La police anti-émeute du Congo déployée devant la commission électorale avant le résultat du vote

Resultats des elections au Congo sous tension, attente des resultats

La police anti-émeute a été déployée mercredi au siège de la commission électorale à Kinshasa, craignant un résultat controversé lors d’une élection présidentielle en République démocratique du Congo, marquée par des accusations de fraude de vote.

Le décompte pourrait être annoncé plus tard dans la journée après que la commission (CENI) ait été réuni toute la nuit et jusque dans la matinée.

La police a également pris position le long du boulevard principal de la ville, alors que les Congolais s’inquiétaient de la possibilité de violences, car le gouvernement du président Joseph Kabila était en train de négocier un accord de partage du pouvoir avec un candidat de l’opposition.

Le scrutin du 30 décembre devait déboucher sur un premier transfert de pouvoir démocratique dans ce vaste pays d’Afrique centrale en 59 ans d’indépendance, mais un résultat controversé pourrait déclencher le type de violence qui a éclaté après les élections de 2006 et 2011 et déstabiliser le climat instable de la frontière congolaise de l’est.

A Pretoria, le président sud-africain Cyril Ramaphosa et son homologue zambien Edgar Lungu se sont rencontrés mercredi et ont exhorté la CENI à publier rapidement les résultats afin de maintenir la stabilité.


La semaine dernière, l’Afrique du Sud, alliée de Kabila, s’est associée au Conseil de sécurité des Nations unies avec la Russie et la Chine pour empêcher la publication d’une déclaration proposée par la France qui aurait salué la tenue du vote mais critiqué la décision du gouvernement de couper l’accès à Internet et à certains médias.

La commission a annoncé mardi soir qu’elle avait initié «une série de réunions d’évaluation et de délibérations, à l’issue desquelles elle procédera à la publication des résultats provisoires de l’élection présidentielle».

Une source de la CENI et un diplomate ont déclaré s’attendre à ce que les résultats soient annoncés plus tard mercredi. Un autre diplomate, cependant, a déclaré que le décompte des voix n’était pas encore terminé et que l’annonce pourrait devoir attendre jusqu’à jeudi.

Les habitants de Kinshasa se livraient à leurs activités habituelles, mais certains parents gardaient leurs enfants à la maison au lieu de les envoyer à l’école. La population était de retour dans les rues de la ville de Goma, dans l’est du pays, déserte mardi soir après la rumeur selon laquelle l’annonce était imminente.


Néanmoins, certains Congolais ont déclaré qu’ils se préparaient à des troubles potentiels.

«Tout le monde … a voté contre le gouvernement en place. Nous nous préparons pleinement à exiger la victoire si elle nous est volée », a déclaré Augustin Bujiriri, un étudiant de 25 ans à Goma.

Les résultats étaient initialement attendus dimanche dernier mais ont été reportés en raison du retard pris dans le décompte du vote.

 →Lire aussi: Elections en RDC: les Etats-Unis positionnent des militaires au Gabon en prévision des troubles Monde


 

PASSATION DE POUVOIR

Kabila doit quitter ses fonctions ce mois-ci après 18 ans au pouvoir – et deux ans après la fin officielle de son mandat. Il a soutenu son ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, lors de l’élection.

Shadary était en compétition avec deux principaux candidats de l’opposition, l’homme d’affaires Martin Fayulu et Felix Tshisekedi, président du plus grand parti d’opposition du Congo.

Le camp de Tshisekedi, qui espère gagner, a déclaré mardi qu’il avait rencontré les représentants de Kabila pour assurer un transfert pacifique du pouvoir, bien que le camp de Kabila ait nié l’existence de telles réunions.


Les partisans de Fayulu, qui avaient un rôle prépondérant dans les élections pré-électorales, ont indiqué que Kabila cherchait peut-être à négocier un accord de partage du pouvoir avec Tshisekedi en cas de perte de Shadary.

Mardi, Fayulu et six autres candidats à la présidentielle ont publié un communiqué déclarant que les résultats “ne peuvent être négociés”.

Le porte-parole de Tshisekedi, Vidiye Tshimanga, a cherché mercredi à minimiser les contacts avec les représentants de Kabila, affirmant qu’ils s’étaient déroulés en marge des réunions avec la CENI et des observateurs régionaux sur le processus électoral.

Les observateurs nationaux ont déclaré avoir été témoins de graves irrégularités le jour du scrutin et lors du décompte des votes, bien qu’une mission d’observation régionale ait déclaré que les élections s’étaient «relativement bien» déroulées.


Abdellah Chbani avec Reuters