La police évacue une zone occupée depuis des semaines par des protestataires à Seattle

police

Des policiers sont entrés et ont évacué une zone près du centre-ville de Seattle (Nord-ouest des Etats-Unis) mercredi où des manifestants avaient encerclé un poste de police et établi une zone “sans flic” au milieu des protestations nationales contre les violences policières.

Les responsables de la ville ont cité une série d’épisodes violents dans leur décision de faire évacuer la zone, notamment la mort de deux adolescents au cours d’au moins quatre fusillades en 10 jours le mois dernier.

“Black Lives Matter, et moi aussi je veux aider à propulser ce mouvement vers un changement significatif dans notre communauté”, a déclaré dans un communiqué le chef du département de la police de Seattle, Carmen Best. “Mais ça suffit.”

L’ordre d’évacuer la zone est venu au milieu des tensions croissantes sur la façon de gérer une zone qui a été bouclée de manière symbolique par des manifestants après la mort de l’Afro-américain George Floyd à Minneapolis.

Les problèmes persistants ont attiré l’attention du président Trump, qui a fustigé les responsables démocrates de Seattle et de l’État de Washington pour avoir omis d’évacuer la zone plus tôt.


“S’ils ne font pas le travail, je le ferai”, avait déclaré le président américain le mois dernier.

Une foule de policiers est entrée dans la zone, certains portant des casques et des matraques. Selon les responsables locaux, l’équipement «n’était pas censé être une démonstration de force préventive» mais il était nécessaire parce que les personnes rassemblées dans la zone étaient connues pour être armées.

Des officiers ont encerclé la zone alors qu’un hélicoptère survolait au-dessus. Les manifestants ont afflué autour de la sortie, certains scandaient des slogans contre la police.

Vingt-trois personnes ont été arrêtées pour non-dispersion, entrave, résistance à l’arrestation et agression, a indiqué le service de police sur Twitter, dont un homme de 29 ans qui portait un gros tube en métal et un couteau de cuisine.


Dans des remarques aux journalistes après le démantèlement, la chef de police a déclaré qu’il soutenait les manifestations pacifiques, mais a déclaré que les récentes violences dans la zone autonome ne pouvaient pas être tolérées.

Les manifestants avaient revendiqué une zone de plusieurs pâtés de maisons et ont installé une bannière sur l’entrée principale d’un poste de police évacué où on pouvait lire: “Cet espace est maintenant la propriété du peuple de Seattle”.