La pollution de l’air fait son retour en France avec le déconfinement

pollution de l’air

La pollution de l’air a fait son retour dans plusieurs régions françaises, un mois après le déconfinement initié le 11 mai dernier, en raison notamment de la reprise du trafic routier, selon une étude publiée mercredi par l’association Airparif.

La pollution de l’air à Paris et en Ile-de-France a de nouveau atteint ses niveaux habituels pour un mois de juin, aussi bien pour les oxydes d’azote que pour les particules fines ou le CO2, relève l’étude relayée par les médias.

Les émissions sont revenues à 80% des émissions observées avant le confinement et même jusqu’à 90% pour le boulevard périphérique, ajoute-t-on.

Le constat est le même dans d’autres régions, comme dans le Sud ou en Nouvelle-Aquitaine, qui voient déjà arriver les pollutions de l’été avec des pointes d’ozone, souligne l’étude qui pointe du doigt principalement la reprise du trafic routier.

Le confinement a eu un effet immédiat sur le trafic routier en divisant par quatre les émissions dans la région, même s’il restait des particules liées au chauffage au bois et aux épandages agricoles, selon l’étude.


Airparif note en outre un effet des pistes cyclables dans les communes où elles ont été mises en place, dans le cadre du déconfienement comme à Paris ou encore Neuilly, avec des niveaux de pollution qui remontent, mais bien moins que sur d’autres axes.