La popularité de Trump au plus bas

A moins de quatre mois des élections présidentielles, la popularité de Donald Trump ne cesse de dégringoler. Vivement critiqué pour sa gestion de l’épidémie notamment, il procède au remaniement de l’équipe en charge de sa campagne.

C’est via les réseaux sociaux que le président a annoncé la nomination de son nouveau directeur de campagne, Bill Stepien qui succède à Brad Parscale. En difficulté depuis le début de la crise sanitaire, c’est un choix stratégique à quelques semaines des élections, alors que le Républicain se fait devancer de 9 points dans les sondages par Joe Biden. Une baisse de popularité visible notamment lors d’un meeting organisé fin juin, dans l’Oklahoma, quasi-désert, et où les seules personnes présentes ont fait face à une vague d’infection de Covid contraignant l’équipe à se confiner durant deux semaines.

Après avoir accusé des utilisateurs de TikTok d’avoir saboté son meeting, c’est le directeur de campagne qui en a pris pour son grade. Ce dernier sera désormais en charge de la stratégie du numérique. Pour Trump, cette nomination devrait largement “faciliter les choses” à l’heure où, selon le locataire de la Maison-Blanche “nos chiffres dans les sondages grimpent vite, l’économie se rétablit, des vaccins et traitements arriveront bientôt, et que les Américains veulent des rues et des communautés sûres !“. Malgré le discours rassurant du président, d’autres organismes font état d’un son de cloche complètement différent. C’est le cas de l‘Institut Gallup qui montre des chiffres au plus bas.

Alors que ses résultats sur le plan économique et de l’emploi lui avaient permis de rallier une bonne partie de la population, le président doit à présent se trouver un nouveau cheval de bataille pour se faire réélire.

Trahi par les siens ?
Le président doit également faire face à une autre difficulté, les critiques qui émergent de son propre entourage. Le mois dernier, c’était son ancien conseiller, John Bolton qui faisait des révélations surprenantes dans son ouvrage, notamment sur ses relations avec la Chine. A présent, c’est sa nièce, psychologue, qui publie l’ouvrage «Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l’homme le plus dangereux du monde» déjà en tête des préventes au bout de quelques heures seulement. Cette dernière le décrit comme étant une personne narcissique souffrant de nombreuses pathologies. Des déclarations qui n’aideront surement pas le président à redorer son blason.