A LA UNESociété

La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d’un détenu pour son refus de se faire vacciner

La direction de la prison locale de Nador 2 a démenti les informations véhiculées par certains sites et réseaux sociaux selon lesquelles un détenu aurait entamé une grève de la faim « en protestation contre le harcèlement dont il a fait l’objet pour son refus de se faire vacciner contre la Covid-19 ».

Dans une mise au point, la direction de l’établissement pénitentiaire a souligné que ce qui a été publié au sujet d’un harcèlement supposé du prévenu (J.A) pour son refus de se faire vacciner contre la Covid19 « est dénué de fondement ».

→ Lire aussi : La prison locale de Kénitra réagit aux déclarations d’un ancien détenu concernant les conditions de sa détention

L’intéressé ayant refusé de se faire vacciner, il a été transféré d’une cellule collective regroupant des détenus qui ont déjà subi des doses du vaccin contre la Covid19, vers une cellule individuelle, une mesure préventive en vigueur dans l’ensemble des établissements pénitentiaires, souligne la mise au point.

Contrairement à ce qui a été véhiculé, le détenu n’a fait l’objet d’aucune mesure disciplinaire, ajoute la même source, précisant que ledit pensionnaire, qui n’a jamais déclaré avoir entamé une grève de la faim, prend régulièrement ses repas et que la direction de l’établissement n’oblige aucun détenu à se faire vacciner.

Ce qui a été publié n’est autre qu’une tentative de jeter le doute sur le grand succès que connait actuellement l’opération de vaccination des détenus contre la Covid-19 au sein des établissement pénitentiaires, qui a atteint plus de 96%, conclut la mise au point.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page