A LA UNEDossier du mois

La RSE n’est pas qu’une affaire de grande entreprise…

Dossier du mois 

Alors que les investisseurs et les clients se tournent davantage vers les grandes entreprises engagées dans une stratégie responsable, basée sur des actions sociales et environnementales, les TPME les plus impactées par la crise de la Covid-19, cherchent, de leur côté, des pistes pour compenser leurs pertes. La Responsabilité Sociale des Entreprises est-elle pour autant l’apanage des grandes entreprises ?

 La réponse est non, toutes les entreprises sont concernées par cette pratique, qui est devenue, aujourd’hui la raison d’être de certaines entreprises, notamment les TPME. Ces dernières peuvent suivre, en effet, les mêmes démarches RSE adoptés par les GE. Nous avons demandé, dans ce sens, l’avis du Président de l’ORSEM, Omar Benaicha, et du Docteur en Droit, chercheur dans les affaires locales, Youssef Oubejja sur le type de pratiques RSE dont les PME et les TPE ont besoin pour évoluer.

Les TPME sont-elles concernées par une stratégie RSE ?

Selon les propos de M. Benaicha, la RSE au niveau de la PME reste du ressort du chef d’entreprise qui, «motivé par ses convictions», peut adopter des pratiques considérées comme des pratiques de RSE. Il a donné, dans ce contexte, l’exemple des PME qui peuvent s’engager dans des pratiques RSE «sous la pression de ses clients ou donneurs d’ordre». «Il ne faut néanmoins en conclure que la PME n’est pas concernée par ce mouvement, vers plus d’engagement et de responsabilisation des entreprises. Les PME sont appelées aussi à contribuer et au minimum à bien se comporter en société», a-t-il conclu.

Alors quelle est la démarche adéquate pour la TPME ? M. Oubejja nous expliquait dans un précédent papier qu’il n’existe pas «une seule et unique démarche RSE type qui soit valable pour toutes les entreprises quelle que soit leur taille». Chaque entreprise adopte la démarche supposée être la plus conforme à ses objectifs RSE.

En ce qui concerne la démarche de labellisation, le chercheur a souligné que «les entreprises labellisées RSE par la CGEM doivent respecter un certain nombre de normes préalablement définies dans une Charte de responsabilité sociétale». En ce qui concerne les TPME qui souhaitent se labéliser RSE, elles peuvent soumettre leur demande à la CGEM à l’instar des entreprises de grande taille, a-t-il expliqué, notant que «leur démarche doit être conforme à ladite charte».

Mais quel type de pratique RSE intéresse le plus les TPME ?

Pour M. Oubejja Youssef, les pratiques RSE qui sont mises en place par les TPME et qui les intéressent le plus, sont les actions permettant d’améliorer «les conditions de travail et de gouvernance», et non seulement les «actions environnementales». Il a précisé, dans ce sens, que les entreprises de services privilégient, aujourd’hui, les questions liées au bien-être au travail et à la participation des parties prenantes aux décisions, «là où les entreprises de transports axent leurs efforts sur la qualité/sécurité et la réduction de leurs émissions carbone».

Ainsi, il a noté qu’il n’existe pas de statistiques officielles au Maroc concernant cette question. «Mais il est incontestable qu’en ce qui concerne les TPME qui se sont engagées dans une démarche RSE, les résultats sont payants et attestent d’une meilleure attractivité».

Pour sa part, M. Benaicha a signalé qu’ «il semble qu’à l’état actuel, les dirigeants de TPME entretiennent une relation ambigüe avec la Responsabilité Sociale de l’Entreprise, quoiqu’ils gagnent beaucoup à la mettre en place». Dans les cas où les dirigeants des TPME adopteraient une politique RSE, cette dernière reste «pragmatique et nuancée», a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page