A LA UNEEnvironnement

La Semaine africaine du climat 2021 « crée un élan pour la réussite de la COP 26 »

Les sessions thématiques virtuelles de la Semaine africaine du climat 2021 (ACW 2021), qui sont en cours, créent « un élan pour la réussite de la COP 26 », a souligné, lundi, la secrétaire exécutive d’ONU Climat, Patricia Espinosa.

« La Semaine africaine du climat crée un élan pour la réussite de la COP 26. Elle rassemble les gouvernements, les chefs d’entreprise et la société civile pour engager un dialogue axé sur les solutions et mettre en valeur l’action climatique », s’est réjouie Mme Espinosa, citée dans un communiqué. « C’est également l’occasion de favoriser la collaboration sur les défis urgents et de renforcer la résilience face aux risques climatiques croissants dans la région. L’ambition doit être le mot qui guide toutes nos actions. Nous sommes engagés dans une course contre la montre », a-t-elle ajouté.

La Semaine africaine du climat 2021 se tient jusqu’au 29 septembre est organisée par le gouvernement ougandais, avec le soutien des Nations unies et d’autres agences multilatérales.

Cet évènement est marqué par « des appels à l’action lancés par les principales voix » dans le Continent pour « créer un élan régional en vue de la COP26 », souligne le communiqué d’ONU Climat. « Bon nombre de parties prenantes régionales réunies à l’occasion de ces sessions virtuelles, présentent des actions en faveur du climat et font part des progrès accomplis avant la COP 26 sur la soumission de plans climatiques nationaux plus solides dans le cadre de l’Accord de Paris : les contributions déterminées au niveau national (NDC) », fait observer la même source.

Les NDC comprennent des plans visant à renforcer la résilience face aux conséquences inévitables du changement climatique, notamment des inondations, des tempêtes, des incendies et des sécheresses de plus en plus fréquents et graves. Elles sont complétées par des plans nationaux d’adaptation (NAP), qui revêtent une importance particulière pour l’Afrique, souligne ONU Climat. Pour le vice-président pour l’Afrique orientale et australe du Groupe de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, également cité dans le communiqué, « le nouveau plan d’action du Groupe de la Banque mondiale sur le changement climatique, qui complète le plan d’affaires sur le climat pour l’Afrique, prévoit qu’au cours des cinq prochaines années, 35% des financements du Groupe de la Banque mondiale contribueront directement à l’action climatique. Ces plans soutiennent l’action nationale et les approches à l’échelle de l’économie afin d’aligner la planification et la politique sur l’action pour parvenir à un avenir durable, à faible émission de carbone et résilient ». Ahunna Eziakonwa, administratrice adjointe et Directrice régionale pour l’Afrique du PNUD, a noté pour sa part, que « ces derniers mois, l’Afrique a été témoin d’inondations dévastatrices, d’une invasion de criquets pèlerins et est maintenant confrontée au spectre menaçant de la sécheresse en raison d’un événement La Niña. L’activité humaine est désormais l’activité dominante qui façonne la planète. ».

« La Semaine africaine du climat est une affaire de solution , a-t-elle dit.

L’ACW 2021 se concentre sur trois domaines clés, en l’occurrence l’intégration d’une action ambitieuse dans les secteurs économiques clés dans la planification nationale, l’adaptation aux risques climatiques et renforcer la résilience, ainsi que la mise à profit des opportunités de transformation pour placer la région sur la voie d’un développement à faibles émissions et hautement résilient.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page