La Société Nationale des Autoroutes du Maroc partage son expérience au Forum africain des infrastructures

ADM

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a pris part récemment au Forum Africain des Infrastructures Live, qui a été l’occasion de partager son expérience dans la digitalisation des procédés de construction dans la gestion de l’infrastructure autoroutière.

Au cours de cette rencontre, ADM a mis en avant son expérience dans la mise en œuvre des procédés innovants et digitalisés dans la gestion et la réalisation des projets autoroutiers notamment l’intégration de l’approche BIM (Building Information Modeling ou Modélisation de l’Information du Bâtiment), indique l’opérateur dans un communiqué.

« Nous sommes très honorés d’avoir participé à ce forum Africain qui nous a permis de partager notre expertise dans le domaine de l’innovation avec nos confrères africains’’, a affirmé Youssef Zahayer, certifié Chef de Projet BIM par l’Ecole des Ponts de Paris et chef du département « Project Control » à ADM Projet, filiale d’expertise technique d’ADM.

Forte d’un savoir-faire de plus de 30 années des procédés de construction et de maintenance de l’infrastructure autoroutière à travers notamment l’investissement dans son capital humain, sa valorisation et sa qualification, ADM reste un acteur incontournable pour le développement de l’infrastructure autoroutière en Afrique » a souligné M. Zahayer.

Il a mis en lumière la maîtrise par ADM de cette approche innovante qui octroie aux professionnels du secteur BTP les outils nécessaires pour planifier, concevoir, construire et gérer plus efficacement leurs chantiers. Elle permet d’améliorer la prise de décisions et les performances tout au long du cycle de vie des projets de construction.


Œuvrant depuis sa création en 2008 pour le développement des infrastructures et la mobilité des marchandises à travers le partage des bonnes pratiques entre les pays d’Afrique, le Forum Africain des Infrastructures a abordé cette année le thème « Des avancées technologiques et la digitalisation dans le domaine des infrastructures en Afrique”.

( Avec MAP )