La Tanzanie va construire une centrale hydroélectrique dans un site classé

La Tanzanie

La Tanzanie construira une centrale hydroélectrique d’un montant de 3 milliards de dollars sur un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, dans le cadre d’un contrat annoncé mercredi, impliquant des sociétés égyptiennes, en dépit des inquiétudes suscitées par l’impact sur la faune.

Le président tanzanien, John Magufuli, surnommé «le bulldozer» pour son style de leadership énergique, a fait pression pour que le projet démarre, malgré les inquiétudes suscitées par l’impact sur la réserve de gibier de Selous.

Connue pour ses éléphants, rhinocéros noirs et girafes, la réserve s’étend sur 50 000 km2 et constitue l’une des plus grandes zones protégées d’Afrique, selon l’UNESCO.

Le barrage hydroélectrique prévu “met en péril les zones protégées d’importance mondiale ainsi que les moyens de subsistance de plus de 200 000 personnes qui dépendent de l’environnement”, a déclaré le groupe de conservation du Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund) en juillet 2017.

Les responsables du bureau du WWF en Tanzanie n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter mercredi.


La Tanzanie a annoncé qu’elle avait signé des accords avec la société égyptienne El Sewedy Electric Co et Arab Contractors pour la construction de la centrale hydroélectrique, un projet qui permettra de plus que doubler la capacité de production électrique de la Tanzanie.

Le ministre de l’Énergie, Medard Kalemani, a déclaré à la télévision d’Etat que l’usine disposerait d’une capacité installée de 2 115 mégawatts, qualifiée de “projet de très grand barrage”.

→ Lire aussi : La Tanzanie veut renforcer sa coopération avec le Maroc

Des représentants de Tanzania Electric Supply Co, d’El Sewedy et d’Arab Contractors, des entreprises publiques, ont signé l’accord en présence du président Magufuli et du Premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, retransmis à la télévision.


«Lorsque nous avons demandé un financement pour ce projet, les prêteurs ont refusé de nous donner de l’argent, mais grâce à une meilleure perception des impôts, nous sommes en mesure de financer ce projet avec nos propres ressources», a déclaré Magufuli.

Il a rejeté les préoccupations environnementales, affirmant que la Tanzanie avait affecté 32,5% de son territoire à la conservation.

“Le barrage deviendra une source importante d’eau et d’électricité bon marché et réduira le nombre de personnes qui coupent des arbres pour le bois de chauffage”, a-t-il déclaré.

Arab Contractors détiendra 55% du projet et El Sewedy 45%, a déclaré El Sewedy. Le projet devrait durer 42 mois et la production débuter d’ici avril 2022.


Magufuli a mis en place des mesures anti-corruption et des réformes économiques dures et a poussé à l’achèvement rapide de grands projets d’infrastructure, notamment des routes, des voies ferrées et des aéroports.

Abdellah Chbani