La Thaïlande propose d’accueillir le sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un

La Thaïlande propose d’accueillir le sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un

Le ministre des Affaires étrangères thaïlandais, Don Pramudwinai a déclaré, mardi, que son pays est disposé à accueillir le sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, prévu en juin prochain.

“La Thaïlande est prête à faciliter et à accueillir les pourparlers“, a déclaré le ministre, affirmant que son pays est un allié historique des Etats-Unis et entretient également des relations diplomatiques avec la Corée du Nord.

Donald Trump avait déclaré récemment que cinq sites étaient à l’étude pour le sommet prévu probablement début juin mais, sans donner des précisions.

Le ministre thaïlandais de la défense, le général Prawit Wongsuwon, se trouve actuellement aux Etats-Unis où il a rencontré le secrétaire à la Défense James Mattis et des hauts responsables de la sécurité intérieure, a annoncé, mardi, le porte-parole du ministère de la défense, Kongcheep Tantravanich.


>>Lire aussi : Thaïlande : le ministre de la défense révèle des soupçons d’infiltration d’éléments de l’EI

A l’issue de son entrevue avec son homologue thaïlandais, Jim Mattis, a déclaré qu’il y’a des “raisons d’être optimiste” sur l’issue des négociations avec la Corée du Nord après les annonces du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un sur l’abandon des tests de missiles et de bombe atomique.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a annoncé, samedi, la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux ainsi que la fermeture de son site d’essais atomiques, qui a “rempli sa mission”.

Kim Jong Un fera vendredi un geste historique en se rendant pour la première fois au Sud pour un sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in.


Le leader nord-coréen devra ensuite rencontrer le président américain Donald Trump vers début juin pour un sommet inédit.

Le devenir de l’arsenal atomique de Pyongyang devrait être au cœur des discussions entre les deux Chefs d’Etat, qui pourraient aussi aborder la question d’un traité de paix pour mettre formellement un terme à la Guerre de 1950-1953.