La vérité sur l’hélicoptère intercepté de Managem

managem

Par Saad Bouzrou

L’interception par les autorités soudanaises, jeudi 9 mai 2019, d’un hélicoptère privé appartenant à l’entreprise marocaine Managem et qui transportait 84 kilogrammes d’or de la mine de Gabgaba à destination de la capitale Khartoum, n’est que le résultat d’une gabegie administrative en raison d’absence «d’interlocuteur officiel», contrairement à ce qui a été largement relayé par quelques supports médiatiques qui ont parlé, de manière délibérée, d’une affaire de «contrebande».

«Aujourd’hui, la cargaison est au niveau de la Banque centrale soudanaise pour due-diligence et elle suit un processus normal, comme toutes les expéditions et exportations qu’on a l’habitude de faire depuis qu’on est installés au Soudan», nous confie Managem.

Une source au sein du ministère des mines soudanais a expliqué au site d’informations russe Sputnik que «l’avion n’a pas été arrêté pour contrebande, mais parce qu’il n’avait pas obtenu l’autorisation nécessaire pour le transfert d’or».

D’après la même source, «avant la chute du gouvernement précédent, l’appareil de sécurité économique avait pour tâche de surveiller et d’octroyer des autorisations aux entreprises publiques pour transférer leur production des zones minières à Khartoum ou à d’autres endroits, conformément aux autorisations». Maintenant, ce sont des militaires appartenant aux «forces de soutien rapide» qui se chargent de cette tâche, sans avoir une idée sur les procédures et les partenariats établis entre les sociétés minières et le ministère des Mines au Soudan.


Il est à noter que le Groupe Managem opère depuis plus de 85 ans dans l’extraction, la valorisation et la commercialisation des métaux de base, des métaux précieux, du cobalt et d’autres minerais, au Maroc et en Afrique.