L’accès mondial au vaccin anti-Covid sera un “très bon test” pour un “nouveau multilatéralisme”, selon Macron

vaccin

L’accès mondial au vaccin anti-Covid sera “un très bon test” pour un “nouveau multilatéralisme” réunissant Etats et entreprises, a estimé, lundi, le Président français Emmanuel Macron.

Le Chef de l’Etat français a également fait part de ses craintes de voir certains pays privilégier une “diplomatie du vaccin”.

“L’idée du bien public mondial, d’avoir un accès mondial au vaccin, veut dire qu’aucun des laboratoires qui développera le vaccin ne se mettra en situation de bloquer l’accès à d’autres laboratoires de production, y compris en surdose, pour les pays en voie de développement”, a indiqué le président français dans une interview à la revue Grand Continent, consacrée à la géopolitique et aux questions européennes.

Mais, “je ne sais pas si on va gagner cette bataille”, s’est inquiété Emmanuel Macron, “Parce que très clairement je ne suis pas sûr que tous les pays aient envie de s’engager là-dedans. On verra si la Chine est prête, si c’est elle à découvrir le vaccin, si la Russie est prête, si les États-Unis sont prêts avec la nouvelle administration – ce n’était pas sûr avec la précédente, enfin l’actuelle – et on verra ce que font les entreprises”, a ajouté Emmanuel Macron dans cette interview dont des extraits sont relayés par des médias de l’hexagone.

A propos de l’Accélérateur ACT (Act-A), ce mécanisme lancé par l’ONU et soutenu notamment par l’Europe et la France, qui doit faciliter l’accès de tous aux vaccins et traitements, Emmanuel Macron y voit l’exemple d’une nouvelle forme de multilatéralisme, qui, au-delà des Etats, intègre aussi des organisations internationales, des puissances régionales, comme des fonds sectoriels, des fondations privées, des acteurs industriels et des laboratoires publics.


La gouvernance de ce mécanisme a été confiée à l’Organisation mondiale de la santé pour garantir que ce ne soit pas “le privé qui décide des règles pour tous”, a tenu à souligner le Président français.

“Vous verrez, nous allons avoir beaucoup de polémiques sur ce sujet. D’abord parce qu’il va y avoir une diplomatie du vaccin, c’est-à-dire que chacun va vouloir brandir son drapeau en disant “c’est moi qui l’ai trouvé”. Donc il y aura un effet de précipitation sous la pression des opinions publiques pour très vite dire “on a le bon vaccin”, il faudra être très vigilant là-dessus”, a préconisé M. Macron tout en réclamant l’assurance du respect des règles scientifiques.

L’OMS estime le budget nécessaire à l’Accélérateur ACT à 38 milliards de dollars. Or, moins de 3 milliards lui ont été promis à ce stade. Ce programme entend fournir, avant la fin de 2021, 500 millions de tests pour les pays à revenus faibles ou intermédiaires, 245 millions de traitements et deux milliards de doses de vaccin.

( Avec MAP )