L’action gouvernementale en 2018, empreinte d’une grande dynamique

L'action gouvernementale

L’action gouvernementale a été empreinte au cours de l’année 2018 d’une grande dynamique, malgré l’émergence de nombre de défis et de problématiques, a affirmé, jeudi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani.

L’année 2018 a connu le lancement de plusieurs chantiers d’envergure, certains sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, et de grandes réformes ainsi que l’élaboration de plusieurs lois y afférent, a souligné M. El Otmani lors de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, mettant en avant les différentes réalisations achevées malgré “l’émergence de nombreux défis et problématiques”.

Il s’agit notamment du Pacte de la décentralisation administrative, qui sera publié prochainement dans le Bulletin officiel, du projet de loi cadre sur l’éducation et la formation, présenté au Conseil de gouvernement, adopté au Conseil ministériel et qui sera examiné par le Parlement, et de projet de loi sur la réforme des centres régionaux d’investissement, des chantiers “à caractère stratégique” que le gouvernement a réussi à préparer et à présenter au Parlement, a-t-il dit.

→ Lire aussi : Le Conseil de gouvernement approuve des propositions de nominations à de hautes fonctions

Sur le plan social, le Chef du gouvernement a évoqué les importantes initiatives ayant une incidence directe sur le niveau de vie de millions de citoyens, telles que l’élargissement des programmes sociaux par la promulgation de lois ou par des programmes sociaux, relevant que le gouvernement est conscient que “le besoin social persiste et que de nombreux citoyens ont besoin de soins, de prise en charge et de l’élargissement de ces programmes”.


“Nous avons donné un nouvel élan au système de protection sociale et nous sommes actuellement en train de mener un examen global”, a indiqué M. El Otmani, ajoutant que le gouvernement prépare également “un projet de loi sur le registre social qui permettra aux programmes sociaux de cibler directement les bénéficiaires, qu’ils soient de populations défavorisées, des personnes vulnérables ou aussi des veuves qui ont un programme de soutien spécial, ou les femmes divorcées ou démunies qui ont des enfants en charge”.