L’adhésion du Maroc au traité d’amitié et de coopération de l’Asean, une volonté de consolider ses partenariats et de s’ouvrir sur de nouveaux espaces politico-économiques

L’adhésion du Maroc, début septembre 2016, au traité d’amitié et de coopération (TAC) de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), reflète la volonté du Royaume de consolider et de diversifier ses partenariats et de s’ouvrir sur de nouveaux espaces politico-économiques, conformément à la politique tracée par SM le Roi Mohammed VI.

Tenant compte des mutations que connait le monde et les défis auxquels il fait face, cette adhésion a permis de renouveler les liens d’amitié avec une région qui connait des développements économiques intéressants, particulièrement la réalisation de taux de croissance stables autour de 5% et la formation du plus grand groupement économique ouvert qui dispose de plus de 650 millions de consommateurs.

Si cette initiative tend économiquement à diversifier les partenaires internationaux du Maroc et réaliser un équilibre dans ses relations avec le monde, elle est considérée, sur le plan politique, comme un pas pour développer un partenariat solide regroupant tous les domaines et concrétisant la volonté politique et l’engagement de coopération afin de de renforcer la sécurité et la paix dans le monde.

Les pays membres de l’Asean ont exprimé leur satisfaction de l’adhésion du Maroc au TAC, affirmant, dans un communiqué publié suite à la signature des instruments de cette adhésion, que cette étape vient consolider la place du Traité d’amitié et de coopération en tant que plateforme permettant de contribuer au renforcement de la paix et de la stabilité aux niveaux régional et international.

En effet, ce Traité s’articule autour de nombreux principes, notamment la résolution pacifique des conflits, la non-ingérence dans les affaires des pays et le respect de leur indépendance et de leur intégrité ainsi que le respect de la paix et de la stabilité permanente au niveau de la région et la promotion de la coopération dans les domaines économique, social, culturel, technique, scientifique et administratif, en conformité avec la politique extérieure du Royaume. Sur le plan économique, l’Asean garantit, à travers le développement de la recherche scientifique et des nouvelles technologies, ainsi que par son marché commun, des opportunités d’accélération de la croissance et de réalisation du progrès social et culturel.

Concernant le marché commun, les signataires du TAC ambitionnent la mise en place d’une zone de libre-échange entre les membres où tous les droits de douane seront éliminés afin d’améliorer le niveau de vie dans ces pays, de renforcer la protection sociale, de promouvoir les liens de coopération en matière de formation et de recherche et de soutenir les activités agricole, industrielle et commerciale, ainsi que de consolider les relations avec les institutions internationales.

L’Asean a également adopté des stratégies sécuritaires, économiques, sociales et culturelles avec pour finalité la mise en place de partenariats économiques avec les États-Unis, le Japon et la Chine.

En marge de la signature des instruments d’adhésion du Maroc au TAC de l’Asean, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, avait souligné que SM le Roi a veillé ces dernières années à ce que le Maroc adopte des initiatives pour l’ouverture sur de nouveaux espaces politiques et économiques et œuvre à la consolidation et la diversification de ses partenariats stratégiques comme principaux axes de sa politique étrangère.

M. Bourita avait mis l’accent sur les excellents rapports entre le Maroc et les pays de l’Asean, régis par un cadre juridique très évolué et confortés par une volonté de coordonner les positions dans de nombreuses manifestations internationales comme les sommets des pays non-alignés, de la Francophonie ou du G-77.

L’Asean a réussi à développer des mécanismes internes de coopération et d’entente sur les sujets stratégiques, et surtout à faire prévaloir le dialogue et la paix dans le traitement des affaires qui se posent, avait fait savoir le ministre.

L’adhésion du Maroc au TAC de l’Asean, qui constitue la 7è force économique à l’échelle mondiale et la 3è en Asie avec un produit intérieur brut avoisinant 2,6 trillion de dollars, est considérée comme une opportunité pour ouvrir de nouveaux horizons de coopération sud-sud, dans laquelle le Maroc se veut une porte d’accès des pays du sud-est de l’Asie vers l’Afrique. Grâce à la politique adoptée par SM le Roi visant à consolider la coopération sud-sud, le Maroc jouit, désormais, d’une grande crédibilité et occupe une place importante au niveau mondial, lui permettant d’être le premier pays africain admis auprès de l’Organisation des états de la Caraïbe orientale (OECO), d’être membre observateur du Système d’intégration d’Amérique centrale (Sica) et d’adhérer aujourd’hui à l’ASEAN, qui compte parmi ses membres les Etats-Unis, le Japon et la Chine.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page