L’Afrique compte parmi les priorités de l’ICESCO et son futur rayonnera grâce au savoir et aux efforts des Africains

ICESCO

Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ICESCO), a annoncé une nouvelle initiative de l’Organisation portant sur la convocation d’une conférence internationale de haut niveau sur l’avenir de l’Afrique et son rôle stratégique dans la consolidation des valeurs de paix et la promotion des principes de dialogue civilisationnel.

Il a également indiqué que l’ICESCO veille, dans sa nouvelle vision, à être un phare de rayonnement civilisationnel et foyer d’expertise qui conduit ses États membres vers une ère meilleure basée sur l’intelligence artificielle et les technologies de pointe, et que l’Afrique demeurera au cœur des priorités et intérêts de l’Organisation.

Ces propos relèvent de l’allocution du Directeur général prononcée à l’occasion de la Journée de l’ICESCO pour l’Afrique, tenue lundi 23 Novembre 2020 au siège de l’Organisation à Rabat, sous le thème « Perspectives et potentialités ». Lors de cet événement, des experts et invités de haut niveau ont participé à nombre d’activités intellectuelles et artistiques et d’ateliers qui ont eu lieu à cette occasion.

De même, Dr AlMalik a précisé que la proclamation par l’ICESCO de la Journée de l’Afrique vise à atteindre les nobles objectifs de la nouvelle vision de l’Organisation, notamment la diffusion des sciences pour tous et la qualité de l’enseignement et la culture de paix ; le but étant d’aboutir au développement durable où les opportunités sont égales. Il s’agit également, a-t-il ajouté, d’un moyen d’atteindre ces nobles objectifs en ligne avec les aspirations ambitieuses de l’Agenda de l’Afrique 2063 issu de l’Union africaine. Aussi, et instaurant cette Journée, l’ICESCO considère l’Afrique comme une priorité stratégique dans ses plans d’action, projets, programmes et activités, a déclaré le Directeur général.

Il a en outre évoqué les efforts déployés par l’Organisation pendant la pandémie de COVID-19 pour soutenir ses Etats membres africains et répondre à leurs besoins, à travers la mise en œuvre de programmes et initiatives pour soutenir les secteurs de l’éducation et de la santé, et lutter contre le chômage, la pauvreté et le phénomène de la migration, en créant des centres de formation professionnelle et technique pour les jeunes.


Il s’agissait aussi, a-t-il ajouté, de soutenir les programmes de formation à la conception et gestion des petits projets générateurs de revenus, bénéficiant aux femmes en Afrique. L’Organisation a également créé dans ce continent un certain nombre de centres de langue arabe et a inauguré plusieurs chaires académiques spécialisées au sein des universités africaines, en plus d’inscrire un nombre de sites patrimoniaux sur la Liste de l’ICESCO pour le patrimoine dans les Etats membres africains, a indiqué Dr AlMalik.

Il a également déclaré que dans le domaine social, l’ICESCO a dirigé nombre de caravanes humanitaires et sanitaires ayant ciblé cette année 10 pays africains, avec le soutien d’Alwaleed Philanthropies. Elle a aussi lancé en Afrique plusieurs initiatives lors de ladite pandémie, telles que « Les langues d’Afrique, ponts culturels et historiques », visant la sensibilisation préventive et sanitaire en utilisant les langues nationales et locales les plus répandues en Afrique subsaharienne, a-t-il précisé.

Pour clôturer son allocution, Dr AlMalik a souligné que l’avenir de l’Afrique, célébrée par l’ICESCO, sera rayonnant et radieux grâce à une renaissance globale de développement et aux sociétés de savoir et de prospérité, à sa diversité unique, aux efforts des Africains et à l’abondance de ses ressources humaines.