A LA UNESociété

L’Algérie interdit la vente d’huile de cuisson aux mineurs

Par Mouhamet NDIONGUE

Après avoir nié le rapport de la Banque mondiale mettant en garde contre l’aggravation de la pauvreté et des conditions économiques, Alger, par les faits, confirme sa déliquescence économique. Aujourd’hui, l’huile de cuisson est interdite aux mineurs.

Désormais, les Algériens devront présenter leur carte d’identité pour pouvoir acheter de l’huile de cuisson ! Ce n’est pas une blague ! L’Algérie a officiellement interdit aux moins de 18 ans d’acheter de l’huile de cuisson dans le but de gérer une grave pénurie de produits de première nécessité.

La décision a été annoncée par le ministre du Commerce aux médias au grand désarroi du peuple algérien appauvri. La pénurie est due aux réductions drastiques des importations algériennes d’une liste d’aliments essentiels, dont le soja, utilisé par l’industrie agroalimentaire algérienne pour fabriquer de l’huile de cuisson. Les images abondent sur les réseaux sociaux montrant de longues files d’attente pour de l’huile et des combats dans les supermarchés alors que les gens se précipitent pour se procurer une bouteille d’huile de cuisson !

→Lire aussi : Algérie : Grève de deux jours dans le secteur de l’Education

Paradoxalement, les médias officiels accusent les spéculateurs et diffusent régulièrement des informations faisant état de cargaisons de pétrole saisies dans le but de blanchir le régime et de cacher son effondrement en mettant à disposition des biens essentiels. Au lieu de blâmer une politique gouvernementale qui a échoué, certains médias de la junte pro-militaire comme la TSA blâment les citoyens et leurs habitudes culinaires en disant que les Algériens ont tendance à beaucoup frire !

Or la pénurie de denrées alimentaires s’amplifie, le prix du pain flambe et le lait devient une denrée rare en 2022 en Algérie.

Cela se produit alors que le pouvoir d’achat des Algériens s’érode sous l’effet d’une inflation élevée et d’une dévaluation délibérée du dinar, ce qui est de mauvais augure pour la paix sociale en Algérie et le bien-être des Algériens ordinaires.

Pendant ce temps, le peuple algérien se prépare à des jours plus difficiles car le gouvernement n’a plus de ressources pour subventionner les denrées alimentaires et autres services.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page