L’Algérie réplique à l’appel du Roi Mohammed VI

L’Algérie réplique à l’appel du Roi Mohammed VI

La diplomatie algérienne appelle à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union du Maghreb arabe. Une réponse indirecte à l’initiative du Roi Mohammed VI.

L’Algérie a fini par « répondre », mais indirectement, à l’appel du Roi Mohammed VI à « un dialogue franc et direct avec l’Algérie sœur ». La diplomatie algérienne a saisi officiellement le Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe ( UMA), pour l’appeler à organiser dans les délais les plus rapprochés une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union du Maghreb Arabe. C’est ce qu’a annoncé, jeudi 22 novembre, le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué, relayé par l’agence d’Etat Algérie presse service (APS).

Ce communiqué a tenu à préciser que « cette demande a été portée à la connaissance des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union ». Dans son communiqué, Alger exprime aussi la nécessité de « relancer cette organisation maghrébine et de réactiver ses instances tout en donnant une impulsion à l’action commune entre ces cinq pôles ».

→Lire aussi: Maroc-Algérie: Le sens d’un appel

Alger avoue que son initiative intervient « dans le prolongement des conclusions du dernier Sommet extraordinaire de l’Union Africaine, tenu les 17 et 18 novembre 2018, sur les réformes institutionnelles de l’organisation continentale, lequel a accordé un intérêt particulier au rôle des ensembles économiques régionaux dans les processus d’intégration des pays africains ».


Or, l’appel au dialogue d’Alger au sein des institutions de l’UMA intervient suite à l’initiative royale de Mohammed VI. Pour rappel, le 6 novembre, à l’occasion de la commémoration du 43e anniversaire de la Marche verte, le Souverain a déclaré « la disposition du Maroc au dialogue direct et franc » avec Alger. Le Roi Mohammed VI a proposé aux autorités algériennes de créer un « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » pour transcender les différends conjoncturels entravant le développement des relations bilatérales.

Dans son discours, le Souverain a souligné que « le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères ». Il a réitéré son « son engagement à œuvrer main dans la main » avec Alger, dans un total respect des institutions nationales de leur pays.