Lalla Mimouna ou le crime de la négligence !

Par Souad MEKKAOUI

Inadmissible est cette affaire de Lalla Mimouna, petite localité de Moulay Bousselham, où pas moins de 600 personnes ont été déclarées contaminées par la Covid-19. Ce qui s’est passé dans cette unité de conditionnement de fruits rouges nous montre, bel et bien, les dysfonctionnements quant aux opérations de contrôle dans les unités productives et interpelle les responsables à tous les niveaux.

Alors qu’on nourrissait notre grand espoir de retrouver notre vie normale ou presque, alors qu’on s’enorgueillissait de notre victoire sur la pandémie ou du moins la maîtrise du Maroc quant à la gestion de la Covid-19 … voilà que tout tombe à l’eau, voilà qu’on se retrouve à la case départ. Notre exaspération  n’a eu d’égale que notre choc, ce vendredi 19 juin, non seulement à l’annonce du nombre des nouveaux cas enregistrés mais aussi pour la non considération de notre gouvernement qui désormais s’en sort bien avec le bulletin météorologique spécial qu’on nous balance chaque jour, en guise de bilan quotidien de l’évolution épidémiologique, faisant fi des émotions et des questionnements des citoyens qui n’ont d’autre issue que les spéculations de la toile. Alors réveillez-vous chers ministres et cessez de mépriser les Marocains et de les prendre pour quantité négligeable. Communiquez et parlez-nous. Vous n’avez pas le droit de nous laisser dans le doute.

Dès le premier jour, nous nous sommes pliés aux recommandations du confinement et de l’état d’urgence pour voir sortir notre pays par le haut. Nous sommes fiers de voir que le Maroc est donné en exemple dans le monde entier pour sa maîtrise et sa bonne gestion de la crise sanitaire qui s’est abattue sur la planète. Nous nous laissions bercer ou berner par des chiffres qui nous redonnaient de l’espoir, il y a à peine quelques jours. Mais qu’on vienne nous apprendre de la manière la plus anodine et la plus blasée des chiffres hallucinants que le royaume n’ait jamais enregistrés depuis le début de la pandémie, est du mépris dur et pur. Le ministre de la Santé ou le Chef de gouvernement et pourquoi pas les deux ne se devaient-ils pas de nous expliquer ce qui se passait alors qu’ils avaient toujours dit maîtriser la situation ? Ne se devaient-ils pas de se soucier un tant soit peu ou juste faire semblant des états d’âme des Marocains ?

Sa Majesté le Roi a veillé au grain dès le premier jour donnant ses instructions qui ont valu au pays les louanges à l’international. Mais aujourd’hui, le non-respect de la loi notamment par les agro-industriels au moment où des mesures drastiques sont exigées des citoyens démontre une nonchalance sans précédent. Foulant les directives et les règles de l’état d’urgence sanitaire, ils jettent en pâture des centaines de femmes qui sont dans le besoin, au nom du gain et de la rapacité, faisant fi des efforts de tout le pays. Pourtant, faut-il rappeler que Sa Majesté le Roi, lui qui a mis en premier la vie de l’humain avant l’économie, a lancé un appel à la nécessité du dépistage massif au niveau des entreprises et des unités de production ?


Or, certains préfèrent mettre en danger toute une région au nom de l’argent et passent outre la loi et l’état d’urgence sanitaire, brisant ainsi tous les efforts déployés par les autorités et aussi les espoirs investis des populations pour pouvoir sortir enfin de cette pandémie.

Il est vrai que le ministère de l’Intérieur a annoncé sa décision de durcir les restrictions de précaution et les mesures préventives dans certaines communes suite à l’apparition de ces foyers dans les unités de production et de la hausse inédite des cas de contaminations, mais soyons vigilants : c’est la saison des récoltes et des cueillettes dans plusieurs régions du Maroc. Aussi faut-il veiller à ce que les exploitations agricoles ne deviennent t des bombes à retardement à un moment où on parle de relance économique du pays.

Aujourd’hui, l’image de marque du Maroc ne doit en aucun cas être entachée par des inconscients et des irresponsables qui ne pensent qu’à leurs chiffres d’affaires aux dépens des employés. Qu’en est-il du respect des recommandations royales ? Qu’est-ce que l’État a prévu pour ces transgresseurs de la loi qui mettent en danger nos vies et en péril la stratégie nationale tracée par le Roi ?

Vous nous devez des explications messieurs les ministres parce qu’on refuse, nous citoyens marocains, que tous les efforts fournis par notre pays qui a pu être cité parmi ceux qui ont le mieux réussi à gérer la crise sanitaire soient essuyés d’un revers de main par des patrons qui ne pensent qu’à leur business.


Quant aux autorités locales, préfectorales, Conseil municipal, élus de la ville et de la région, toutes autorités locales confondues ne sont-elles pas responsables à cent pour cent de cette tragédie qui vient brouiller les pistes et embrouiller les indices ? Ne faut-il pas qu’elles rendent compte de leur ahurissante négligence qui s’apparente à un délit grave ?