L’ambassadeur brésilien salue la profondeur des relations entre le Maroc et le Brésil

Par Saad Bouzrou

Sur invitation du Maghreb Arabe Presse (MAP), l’Ambassadeur du Brésil M. José Humberto de Brito Cruz et la Directrice de l’Institut des Etudes Hispano-Lusophones (IEHL) Mme. Fatiha Benlabbah, ont été les invités d’honneur des « Rencontres Diplomatiques de la MAP » sur le thème « Passé et avenir des relations entre le Maroc et le Brésil », le 7 février 2018.

L’ambassadeur de Brésil M.José Humberto de Brito Cruz et la Directrice des Etudes Hispano-Lusophones (IEHL) Mme. Fatiha Benlabbah, ont participé à ces rencontres pour rappeler les liens solides, tissés depuis des siècles, entre le Maroc et le Brésil. Ils ont également saisi l’occasion pour présenter un nouvel ouvrage intitulé « les relations entre le Maroc et le Brésil ». Ce livre est l’aboutissement d’une collaboration entre l’Institut des Etudes Hispano-Lusophones (Université Mohamed V de Rabat) et la Fondation Alexandre Gusmão (Ministère des Affaires Etrangères du Brésil). L’ouvrage contient des contributions de chercheurs et diplomates sur différents aspects des relations entre les deux pays.

M.Humberto de Brito Cruz a indiqué lors de cette rencontre que le Maroc et le Brésil partagent le même voisinage atlantique, un atout qui doit être exploité pour approfondir les relations bilatérales dans les années à venir, soulignant que l’océan atlantique ne doit pas être perçu comme un fossé ou un obstacle à la coopération bilatérale, mais un trait d’union entre le Maroc et le Brésil.

→Lire aussi : Le nouveau Brésil de Bolsonaro , réaliste, pragmatique et plus proche du Maroc


Après avoir rappelé la profondeur des relations historiques unissant les deux pays depuis 1906, année où le premier chef de la représentation diplomatique brésilienne a présenté ses lettres de créance au Sultan du Maroc, bien avant l’ouverture de l’ambassade brésilienne au Maroc en 1961, le diplomate brésilien a relevé que les relations et le dialogue politique entre Rabat et Brasília se développent de manière continue, dans une ambiance empreinte de confiance et de respect mutuel. Le dialogue politique se déroule dans un climat « serein et positif », non seulement au niveau bilatéral mais également au sein des organisations internationales, compte tenu des défis communs auxquels les deux parties font face dans certains domaines, a-t-il fait observer.

Au niveau politique, Le diplomate brésilien a rappelé qu’un dialogue caractérisé par l’amitié et la convergence de vues entre les deux pays a été consolidé sur la base d’un sentiment spontané de sympathie réciproque entre les deux peuples, Les relations politiques au niveau parlementaire ont également été dynamiques. Il existe déjà des groupes d’amitié parlementaires dans les chambres législatives des deux pays.

En outre, M. Humberto de Brito Cruz a souligné que les échanges liés au commerce se sont développés, même si à ce niveau les relations sont encore bien en deçà du niveau auquel ils pourraient aspirer, compte tenu de la pertinence des deux pays dans leurs régions respectives et dans le monde. Récemment, sur le plan politique, une étape extraordinaire a été franchie avec la visite au Brésil en 2004 de SM Mohammed VI, qui avait déjà rendu visite au Brésil en 1992, en tant que prince-héritier, a souligné M. Humberto de Brito Cruz.

→Lire aussi : Des parlementaires brésiliens se félicitent de la qualité des relations d’amitié entre le Brésil et le Maroc


L’intérêt réciproque entre les deux pays est visible dans l’augmentation du nombre de touristes brésiliens qui visitent le Maroc chaque année. Depuis 2013, le nombre de visiteurs brésiliens a considérablement augmenté. En 2016, il y en avait environ 32 000. En 2017, le nombre a dépassé 45 mille. Dans le même temps, le nombre de touristes marocains au Brésil a également augmenté. Les voyages dans les deux sens sont aussi facilités par la non-obligation d’un visa. « Les échanges touristiques, ainsi que les initiatives culturelles, favorisent une meilleure connaissance réciproque et, le cas échéant, un dépassement des visions stéréotypées. » a fait savoir le diplomate brésilien.