L’ambassadeur du Maroc à l’UNESCO met en exergue la vision de SM le Roi pour l’Afrique

l’UNESCO

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc à l’UNESCO, Samir Addahre a mis en exergue, lundi à Paris, la vision de SM le Roi Mohammed VI pour l’Afrique à travers une solidarité agissante et un fort engagement en faveur de l’édification d’un espace de prospérité partagée.

Lors d’une réunion commémorative en visioconférence organisée par l’UNESCO à l’occasion de la journée internationale de l’Afrique autour de la présentation du rapport sur la Biennale de Luanda, Forum panafricain pour la Culture de la Paix, M. Addahre a rappelé les initiatives impulsées par le Souverain pour l’émergence d’une Afrique capable de répondre en toute confiance aux défis du développement, de la paix et de la sécurité.

«SM le Roi Mohammed VI a jeté les bases d’un modèle relationnel vertueux qui donne du sens aux rapports aussi bien entre individus qu’entre Etats”, a affirmé M. Addahre.

L’œuvre quotidienne du Souverain en Afrique participe de cette vision, a-t-il souligné.


“La vision de SM le Roi sert l’idée selon laquelle chaque décision doit se prendre dans l’intérêt bien compris des peuples, dans une démarche de co-construction empreinte d’humilité, de réalisme et de lucidité”, a-t-il affirmé.

L’ambassadeur du Maroc à l’UNESCO a rappelé dans ce contexte l’initiative lancée par le Souverain visant à établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie du nouveau coronavirus.

«La pandémie de la Covid-19 nous indique que construire une Afrique forte, c’est tirer les leçons des faiblesses observées. Le modèle marocain a montré qu’il est possible de ne pas générer du désespoir à condition de s’atteler à résoudre les difficultés, à faire évoluer rapidement les modèles et les outils qui existent pour transformer l’inquiétude en confiance et la peur de l’avenir en une véritable énergie motrice du changement”, a ajouté M. Addahre.


La Biennale de Luanda a été organisée du 18 au 22 septembre 2019 avec la participation de 16 pays du continent dont le Maroc.

S’inscrivant dans la stratégie opérationnelle de l’UNESCO pour la priorité Afrique (2014-2021), la Biennale de Luanda vise à apporter des réponses africaines aux transformations qui affectent les économies et les sociétés du continent tout en contribuant à la mise en oeuvre des objectifs de développement durable, dans le cadre de l’agenda 2030 des Nations unies et des aspirations de l’agenda 2063 de l’Union Africaine.

La réunion commémorative, dont l’ouverture a été présidée par la Directrice Générale de l’UNESCO Audrey Azoulay en présence de la ministre de la Culture angolaise, Maria da Piedade de Jesus, a également été l’occasion pour M. Addahre de réitérer l’engagement du Royaume auprès de ses partenaires africains pour la réussite de cette Biennale portée par l’UNESCO avec l’Union Africaine et l’Angola, pays hôte.