L’Ambassadeur du Maroc en Australie souligne le processus de réforme du Royaume engagé sous le leadership de SM le Roi

Karim Medrek

Le processus de réforme graduel et endogène initié sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI a permis au Maroc, malgré un contexte international difficile, de consolider son système démocratique et de renforcer ses institutions, grâce à la vision du Souverain pour une société démocratique plurielle et ouverte, a souligné l’ambassadeur du Maroc en Australie, Karim Medrek.

S’exprimant lors d’une réunion virtuelle avec des étudiants de l’Université Nationale Australienne inscrits à un programme de stage en partenariat avec l’Australian National Internship Program (ANIP), le diplomate a mis l’accent sur les caractéristiques de la politique étrangère du Maroc ainsi que sur l’adaptation du monde diplomatique à la situation sanitaire exceptionnelle déclenchée par la propagation mondiale du COVID-19.

L’ambassadeur, qui a également discuté avec les étudiants de leurs projets de recherche sur le Maroc, a souligné que le Royaume a créé son propre modèle.

Le Maroc se distingue par son approche proactive, sa solidarité ainsi que son engagement indéfectible en faveur de la promotion du dialogue et de la paix, a-t-il affirmé, soulignant que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a fait un choix irréversible: celui de construire un État démocratique moderne, ouvert sur le monde et respectueux des valeurs universelles des droits de l’Homme.

En ce qui concerne l’adaptation de la vie diplomatique à la situation sanitaire actuelle, Medrek a noté que les diplomates deviennent, de facto, des acteurs multifonctionnels. Un diplomate doit faire preuve d’une grande adaptabilité et polyvalence face aux tâches assignées, a-t-il dit, notant que l’action diplomatique actuelle repose sur des outils permettant la compréhension de la complexité du monde contemporain.


En matière de politique étrangère, l’ambassadeur a souligné que le Maroc a opté pour le maintien de la paix, le développement de la coopération et la promotion des valeurs universelles.

Selon lui, la diplomatie multilatérale est primordiale et le Maroc s’est avéré être un partenaire fiable et un fervent partisan de la coopération comme moyen de développement à l’ère des enjeux mondialisés.

Il convient de rappeler, en ce sens, que le Royaume s’est engagé à apporter des solutions à un certain nombre de problèmes tels que la lutte contre le terrorisme. À cet égard, l’Ambassadeur a souligné que le Maroc, sous le leadership de SM Majesté le Roi, a adopté une stratégie multidimensionnelle de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux qui repose non seulement sur la coopération en matière de sécurité, mais aussi sur des valeurs sociales, des réformes politiques, le développement économique et l’éducation religieuse caractérisée par les vertus de la modération.

La stratégie nationale de lutte contre le terrorisme vise, selon l’ambassadeur, à lutter contre ce fléau mondial à travers des mesures politiques, institutionnelles, économiques, sociales, culturelles, éducatives et religieuses concrètes visant à combattre l’extrémisme, l’exclusion, la précarité et l’analphabétisme par le développement humain et le renforcement de l’Etat de droit.


L’Ambassadeur a rappelé, à cet égard, les efforts déployés par le Maroc au niveau international pour lutter contre le terrorisme en soulignant que le Royaume copréside le Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF).

S’agissant de la question de la migration, l’ambassadeur a mis en avant la politique nationale du Maroc qui a consisté à régulariser la situation d’environ 50.000 personnes en deux phases entre 2014 et 2017.

A cet égard, l’Ambassadeur a souligné que le Maroc était le premier pays de la région à développer une politique de migration légale, offrant aux migrants des pays africains frères la possibilité d’avoir une résidence permanente et de vivre dignement au Royaume.

Cette politique migratoire a quatre objectifs principaux, notamment la gestion des flux migratoires dans le respect des principes des droits de l’homme, la mise en place d’un cadre institutionnel approprié, la facilitation de l’intégration des immigrés réguliers ainsi que la mise à niveau du cadre réglementaire, a-t-il expliqué.


L’Ambassadeur a également salué les efforts du Maroc au niveau international dans le domaine des migrations, en s’appuyant sur la contribution du Maroc à l’Agenda africain des migrations, citant la proposition de SM le Roi Mohammed VI, à cet égard, de créer un Observatoire africain des migrations basé à Rabat, ainsi que l’organisation au Maroc de la Conférence des Nations Unies sur les migrations qui a été l’occasion d’adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Par ailleurs, Medrek a noté que le Maroc a émergé, au cours de la dernière décennie, comme l’un des pays leaders dans le domaine du développement durable et de la transition écologique. Le choix de faire du Maroc un champion des énergies renouvelables est le résultat de la vision claire de SM le Roi qui considère l’action climatique comme l’une des priorités du Royaume, a-t-il souligné.