L’ambassadeur du Maroc à Amman met en avant le rôle du Royaume dans la mise en œuvre de l’accord d’Agadir

La Jordanie affirme son soutien au Maroc face aux menaces contre son intégrité territoriale

L’Ambassadeur du Maroc en Jordanie, Mohamed Setri a mis en avant le rôle du Royaume dans la mise en œuvre des objectifs de l’accord d’Agadir de libre-échange, rappelant que cet accord reflète clairement l’approche efficiente prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, balisant le terrain pour dynamiser l’action commune arabe.

Lors d’une rencontre, mercredi à Amman, avec le président exécutif de l’unité technique de l’accord d’Agadir, Fakhri Al-Haizamah, M. Setri a mis l’accent sur l’importance du travail mené par cette unité et les différentes réalisations qu’elle a accomplies, soulignant le soutien du Maroc au processus d’Agadir et à l’unité, à travers la coopération et la coordination, pour atteindre les objectifs de l’accord au service de l’ensemble des Etats membres. Le diplomate marocain a également souligné l’importance du Conseil des affaires issu de cet accord, au sein duquel s’active le secteur privé, pour la mise en œuvre des objectifs de l’accord, mettant l’accent, dans ce sens, sur la coordination avec la partie marocaine qui assure la présidence du Conseil en vue de donner un nouvel élan à ses travaux.

>>Lire aussi : L’action solidaire du Maroc en Afrique mise en avant lors d’une rencontre à Rabat

Pour sa part, M. Al-Haizamah a passé en revue les progrès réalisés en matière de libéralisation du commerce des services entre les Etats membres de l’accord d’Agadir, en particulier le consensus sur la teneur du projet de convention relative à la libéralisation du commerce des services, soulignant l’importance d’aller de l’avant avec le lancement de négociations sectorielles dès que possible jusqu’à ce que le projet soit achevé et devienne réalisable. Il a également évoqué les réalisations accomplies dans le cadre du processus d’Agadir en 2017, citant à cet égard la connexion électronique entre les administrations des douanes des Etats membres, l’échange électronique des données et la reconnaissance mutuelle du certificat de conformité. Et de noter que ce travail est le fruit de la coopération entre les Etats et de leur aspiration à une plus grande intégration économique.


Au cours de cette réunion, il a été procédé à la présentation des principales réalisations de l’unité, les perspectives de son action et les moyens de la développer davantage, en particulier dans certains domaines prioritaires, dont le sujet de l’adhésion de la Palestine et du Liban à l’accord, le bilan des travaux dans le cadre du Conseil des affaires d’Agadir, les moyens de libéralisation du commerce des services et le suivi de la signature des protocoles et mémorandums d’accord entre les Etats membres dans différents secteurs. L’unité technique de la Convention d’Agadir, dont le siège est à Amman, est considérée comme le secrétariat de l’Accord et est une organisation régionale issue de l’accord de libre-échange arabo-méditerranéen, en vigueur depuis 2007. Elle regroupe le Maroc, la Jordanie, la Tunisie et l’Egypte.