L’amélioration des approches régionales, un vecteur clé pour le renforcement du développement durable des pays africains membre de la BID

investissement

L’amélioration des approches régionales dans le domaine de l’investissement, outre le renforcement des capacités des négociateurs, constitue un vecteur clé pour le renforcement du développement durable des pays africains membres de la Banque Islamique du développement (BID), ont souligné les participants à un atelier régional sur les conventions d’investissement internationales, qui a ouvert ses travaux mardi à Casablanca.

Lors de cet atelier de trois jours, initié par la BID en partenariat avec la conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), les participants ont indiqué que la révision des conventions internationales d’investissement est l’un des facteurs essentiels pour améliorer les approches régionales afin de permettre aux États de conclure des accords, qui renforcent leur attractivité en matière d’investissement.

S’exprimant à cette occasion, M. Hamed ELkadi, expert en politiques d’investissement internationales, a mis l’accent sur l’importance de cet atelier organisé annuellement au profit des pays africains, membres de la BID, estimant qu’une nouvelle ère de politiques voient le jour, en passant de celles qui protègent uniquement les investisseurs à celles qui donnent à l’État le droit d’organiser les investissements sur leurs territoires.

→ Lire aussi : Le ministère de la Justice s’associe à la BID pour promouvoir la finance participative

Dans la même ligne, le représentant de la BID, Abdelfatah Ouadghiri a plaidé pour la dynamisation des politiques régionales pour la concrétisation d’un développement durable notamment à travers la formation et le renforcement des capacités des négociateurs.


Le plus important dans ce process est de combler le vide enregistré au niveau du renforcement des investissements, a-t-il ajouté, soulignant ”le rôle pionnier” de la BID dans ce domaine.

Le programme de cet atelier porte notamment sur l’examen des accords bilatéraux et régionaux et la nouvelles génération de conventions sur l’investissement.