L’Amérique de Biden : Quelle stratégie nationale ?  

Biden

Il l’avait promis lors de son discours de politique étrangère, Joe Biden poursuit sa stratégie en rupture totale avec la diplomatie de son prédécesseur Donald Trump. C’est ce qu’afirme la Maison Blanche dans un guide sur la sécurité nationale. Publié mercredi dernier, le président y réitère alors son engagement pour le multilatéralisme, en opposition avec la politique isolationniste de son prédécesseur, et ce, pour “sécuriser” les intérêts des Etats-Unis.  

Retour au multilatéralisme et consolidation de la démocratie
Aucune des nouvelles menaces auxquelles notre monde est appelé à faire face, que ce soit les pandémies, l’urgence climatique, le terrorisme ou encore la prolifération nucléaire, ne peut être résolue par un pays isolé sur la scène internationale. C’est le message qui ressort du récent rapport de la Maison Blanche sur la sécurité nationale. A ce titre, le document rappelle à de maintes reprises le caractère primordial du multilatéralisme « nous renouvellerons notre engagement pour le développement mondial et la coopération internationale ». Les Américains soutiendront leurs alliés explique-t-il, travailleront avec leurs partenaires qui partagent les mêmes idées, et avanceront avec diplomatie comme outil de premier ressort.

Des engagements qui iront de pair avec la consolidation de la démocratie « essentielle pour relever les défis de notre temps ». A travers ce rapport, la présidence annonce ainsi vouloir « investir intelligemment dans la défense nationale à travers la modernisation des institutions et des processus de sécurité nationale, mais aussi profiter de la diversité des compétences pouvant répondre à ces nouveau défis ». Ces objectifs, en vue de faire de la défense de l’Amérique une priorité, les auteurs du rapport n’hésitent donc pas à affirmer leur puissance militaire : « les Etats-Unis n’hésiteront pas à utiliser la force quand ce sera nécessaire, pour défendre les intérêts nationaux. Nous veillerons à ce que nos forces armées soient équipés pour dissuader nos adversaires, défendre notre peuple, nos intérêts et nos alliés et vaincre les menaces qui émergent. Mais le recours à la force militaire devrait être un dernier recours… »  Par ailleurs, le document explique que le budget défense fera l’objet de nouvelles priorités claires, et la présidence s’assurera que les forces armées américaines demeurent parmi les plus entrainées et les mieux équipées. 

La menace chinoise et russe
Parmi les multiples menaces auxquels l’Amérique ferait face, la Chine, « seul concurrent capable de combiner puissance économique, diplomatique, militaire et technologique » … et la Russie qui reste déterminée à renforcer son influence mondiale et à jouer un rôle sur la scène internationale. Selon le rapport qui consacre plusieurs pages aux deux puissances et aux menaces qu’elles représenteraient, Moscou et Beijing ont tous deux déployé d’importants efforts pour empêcher les Etats-Unis de défendre leurs intérêts.  

Plus globalement, le pays s’engage à investir davantage dans le développement économique, créer de nouveaux marchés pour les produits américains et réduire les risques d’instabilité, de violence et de migration de masse. « Lorsque nous renforçons les systèmes de santé dans le monde, nous réduisons les risques d’émergence de pandémies ». Il appelle alors tous les départements et agences à s’aligner avec cette nouvelle stratégie car « L’Amérique ne peut s’absenter plus longtemps sur la scène internationale, les alliances sont de retour ».