L’Amérique Latine et les Pays Arabes : ouverture diplomatique, percée économique

Pr. Bichara KHADER

 Bien que les pays latino-améri­cains et arabes se côtoyaient dans le cadre du Groupe des 77, du Mouvement des Pays Non-Alignés et autres organisations internationales, les relations politiques de groupe à groupe étaient inexistantes, jusqu’au début des années 2000 et les relations économiques se réduisaient comme une peau de chagrin. La guerre froide, l’éloignement géogra­phique, les clivages internes au sein de chaque groupe, la focalisation de l’Amé­rique latine sur les Etats-Unis et celle des pays arabes sur l’Europe ont constitué, sans conteste, des entraves sérieuses à la coopération Sud-Sud : Amérique latine – Monde Arabe.

La fin de la guerre froide, la volonté affi­chée par les deux groupes de diversifier leurs marchés d’exportation et d’importation, et leur désir de s’affranchir de l’étreinte un peu étouffante des alliés traditionnels vont conduire à un rapprochement significatif. Il n’est pas improbable que la diaspora arabe en Amérique latine ait été un éperon de ce rap­prochement compte tenu de sa visibilité éco­nomique et politique. Mais c’est le président brésilien, Lula da Silva, qui, après son élec­tion en 2002, a été le fer de lance du nouveau partenariat Amérique latine -Monde arabe.

Quatre Sommets : Amérique du Sud-Monde arabe

Tout commence avec une visite du Pré­sident brésilien Lula au Moyen-Orient en 2003. La première visite d’un président bré­silien, après celle effectuée, au 19ème siècle, par l’Empereur Dom Pedro II (1825-1891). Lors de cette première tournée dans des pays arabes, le président Lula se rend en Syrie, au Liban, aux Emirats arabes unis, en Egypte et en Libye et rencontre un représentant palesti­nien, Nabil Sha’ath.


Le choix des pays visités n’est pas fortuit. La visite du Liban et de la Syrie se justifie par la présence, au Brésil, d’une importante dias­pora d’origine syro-libanaise, très influente sur le plan politique et économique. Les Emi­rats sont un marché importateur de produits agricoles brésiliens et une source potentielle d’investissements. L’Egypte est le 3ème im­portateur de produits brésiliens dans la région arabe. Quant aux Palestiniens, ils ont toujours bénéficié d’une solidarité brésilienne, sans faille, dans leur lutte contre l’occupation d’Is­raël.

L’accueil chaleureux réservé au président brésilien lui fait comprendre qu’il y avait une réelle volonté du côté arabe d’aller au-delà des accords bilatéraux et de donner une impulsion à une coopération Sud-Sud. Il se trouve que certains pays latino-américains, notamment le Brésil et l’Argentine, ressentaient un même besoin de diversifier leurs marchés et de trou­ver de nouveaux partenaires commerciaux.

  Des incertitudes planent quant à la tenue  du prochain sommet en raison des au turbulences moyen-orientales, des  fissures au sein du Conseil de Coopération du Golfe mais également des  instabilités vénézuéliennes et des imbroglios brésiliens ayant conduit  à l’emprisonnement  de Lula de Silva, cheville ouvrière de ces  rencontres- bi-régionales.

C’est ainsi qu’a germé l’idée d’organiser un Sommet Amé­rique du Sud-Monde arabe (ASPA). Une réunion prépara­toire a eu lieu à Marrakech, les 22 et 23 mars 2005. Le choix de Marrakech n’est pas le fruit du hasard car le Roi du Maroc avait effectué une tournée lati­no-américaine, fin 2004, et s’y était fait l’avocat non seulement du renforcement des liens entre le Maroc et l’Amérique latine mais également de l’urgence d’un partenariat entre l’Amé­rique Latine et les Pays arabes.

Le premier Sommet ASPA s’est tenu à Brasilia en 2005, et a réuni 33 délégations, soit 22 pays arabes et 11 pays lati­no-américains (Six chefs d’Etat arabes y sont présents contre 9 présidents la­tino-américains). Ce fut le premier exercice de diplomatie multilatérale entre l’Amérique latine et les Pays arabes. Dans la Déclara­tion finale, les participants ont affirmé leur volonté d’approfondir le dialogue politique intrarégional, d’intensifier les échanges éco­nomiques et de renforcer le dialogue culturel.


Ni les Etats-Unis d’Amérique, ni, à fortio­ri Israël, n’ont vu de bon oeil l’organisation de ce sommet : les Etats-Unis craignaient la constitution d’un bloc opposé à leurs intérêts et les Israéliens y voyaient une tentative arabe de mobiliser les latino-américains pour la dé­fense de la cause palestinienne. Malgré les pressions américaines sur certains pays arabes et latino-américains, le Sommet se tient à la date prévue et est couronné de succès.

Après Brasilia en 2005, trois autres som­mets sont tenus : à Doha, au Qatar, (31 mars 2009), à Lima, au Pérou, (1 – 2 octobre 2012), et enfin à Riyad, en Arabie Saoudite (10-11 novembre 2015). Des incertitudes planent quant à la tenue du prochain sommet en rai­son des turbulences moyen-orientales, des fissures au sein du Conseil de Coopération du Golfe mais également des instabilités véné­zuéliennes et des imbroglios brésiliens ayant conduit à l’emprisonnement de Lula da Silva, cheville ouvrière de ces rencontres bi-régio­nales.

Ce blocage diplomatique risque de durer quelque temps. Mais cela n’empêche pas les échanges économiques de se multiplier.

CARLAC : Conseil pour les relations entre l’Amérique Latine-Caraïbes et le Monde arabe (2014)

Bien avant la tenue des Sommets ASPA, il y avait, en Amérique latine, un foisonnement d’initiatives, d’organisations, de centres de re­cherches, de sociétés littéraires et de groupes de pression qui oeuvraient au rapprochement entre latino-américains et arabes. Ces initia­tives étaient souvent locales ou nationales. Après 2010, des voix se sont élevées pour leur donner une dimension régionale. C’est ainsi que sont organisés, en 2010 et 2011, 3 forums de la paix (foros de la paz) : le premier à Cap Cana en 2010, suivi par celui de San José (Costa Rica en 2011) et celui de Carthagène en Colombie, au cours de la même année.


Dans la foulée, le besoin s’est fait sentir d’institutionnaliser ces initiatives et de mettre sur pied un organe de dialogue bi-régional permanent, impliquant les acteurs des socié­tés civiles, les investisseurs, les chambres de commerce et des anciens diplomates et politiciens de haut vol. C’est ainsi que Car­lac est inauguré les 21 et 22 février 2014, en République dominicaine.

Lancé à l’initiative de l’ex-président de la République dominicaine, Leonel Fernandez, Carlac s’est fixé comme objectif d’assurer le suivi des déclarations des sommets ASPA, de consolider les liens politiques et culturels entre les deux régions et d’explorer les do­maines d’une coopération économique ren­forcée.

 Le siège de Carlac est aujourd’hui ins­tallé à Rabat et son directeur exécutif est l’ex-diplomate palestinien, Hassan Abdel Rahman. Carlac est sans conteste une ex­cellente initiative. Il est à craindre cepen­dant qu’elle ne souffre des aléas politiques et d’un manque flagrant de financement.

Une relation économique de plus en plus forte

L’Amérique latine dispose de res­sources hydriques considérables (60% des ressources mondiales d’eau douce). Il n’est pas étonnant qu’elle soit deve­nue un « grenier mondial ». Les pays arabes, quant à eux, souffrent de stress voire de pénurie hydrique et sont les plus gros importateurs de produits agricoles (on estime la facture totale des importations alimentaires à 120 milliards de dollars, soit une demande par habitant de 350 dollars, 3 fois la de­mande chinoise).


Mais, en même temps, les pays arabes sont les plus gros exportateurs de gaz, de pétrole et de phosphates, ressources dont l’Amérique Latine, en général, a besoin. En outre, les pays arabes pétroliers, surtout les Emirats du Golfe, ont engrangé des ressources financières considérables (les fameux fonds souverains) et sont à la recherche d’investissements rentables, tandis que l’Amérique latine est en manque d’in­vestissements. Les complémentarités sont donc évidentes.

Et pourtant, avant le Sommet de Bra­silia en 2005, les échanges entre l’Amé­rique latine et les pays arabes restaient modestes, oscillant entre 1.5 % et 3 % du total des échanges des deux régions, bien que pour certains produits, les pourcentages étaient plus significatifs. Ainsi l’Amérique latine couvrait près de 75 % des importations arabes de poulet, 80 % du sucre, 75 % de café, 50 % de viande et 40 % de soja et de maïs.

Aujourd’hui, la situation est tout autre. On estime que l’Amérique la­tine couvre près de 17 % des besoins alimentaires arabes (soit près de 20 milliards de dollars). Et si on ajoute les autres exportations latino-américaines non-alimentaires (fer, zinc, cuivre) et autres matières premières ainsi que d’autres produits industriels, on atteint facilement 25 milliards de dollars d’ex­portations latino-américaines vers les pays arabes.

Les importations de l’Amérique La­tine des pays arabes sont aussi impor­tantes mais ne dépassent guère les 10 milliards de dollars et sont constituées, pour l’essentiel, de gaz, de pétrole et de phosphates. Ainsi l’Arabie Saoudite couvre près de 12 % des besoins brési­liens de pétrole, le Qatar 8 %, l’Algé­rie 12 % (notamment du pétrole raffi­né). Quant au Maroc, déjà en 2012, il couvrait près de 70 % de la demande des phosphates et de ses dérivés du Mexique. Ce ne sont là que quelques exemples d’une interdépendance qui s’est construite en moins de 20 ans.


Les pays du Golfe : principaux partenaires éco­nomiques des pays latino-américains

Les pays arabes du Golfe sont de gros importateurs de viande, de sucre, de café, de fruits et autres produits agri­coles et alimentaires. C’est donc tout naturellement que les pays latino-amé­ricains sont devenus leurs principaux fournisseurs. A cet égard, deux rapports publiés en 2016 et 2018 par « Econo­mist intelligence Unit » fourmillent d’informations très éclairantes. Ainsi le rapport de 2016 estimait que 9 % des importations alimentaires des pays du Golfe provenaient d’Amérique latine et des Caraïbes pour une valeur de 4.3 milliards de dollars. Dans ces échanges, le Brésil se taille la part du lion (surtout de la viande et du sucre) suivi par l’Ar­gentine (viande et céréales), le Chili et l’Equateur (noix et fruits).

  Les deux régions  n’ont pas tardé  à récolter les dividendes économiques  de ce rapprochement  diplomatique puisqu’on estime, aujourd’hui, le total de leurs échanges entre 30 et 35 milliards de dollars.

On estime qu’en 2018, la valeur des exportations alimentaires et agricoles d’Amérique latine et des Caraïbes de­vrait dépasser les 6 milliards de dollars, ce qui, en définitive, ne représente que 55 à 60 % du total des exportations de l’Amérique latine et des Caraïbes vers le Golfe arabe, (soit 10 milliards de dollars).

Mais les pays du Golfe intéressent l’Amérique latine pour une autre raison que le commerce : ce sont les investis­sements croisés. Ainsi le géant minier brésilien, VALE, a créé à Oman, une usine d’acier pour un investissement total de près d’un milliard de dollars. De son côté, DP World (des Emirats Arabes Unis) a participé à la construc­tion ou à la modernisation de plusieurs ports latino- américains, notamment le Port de Callao au Pérou ou le Port de Mariel à Cuba (un investissement de 250 millions de dollars).

Le secteur bancaire latino-américain a suscité également les convoitises des investisseurs du Golfe. Le fonds Aabar Investment d’Abu Dhabi a pris des par­ticipations dans la branche brésilienne de la Banque Santander en y investis­sant près de 350 millions de dollars. En octobre 2010, le Qatar Holding a fait de même en acquérant carrément 50 % de la même banque brésilienne, ce qui représente un investissement de 2 mil­liards de dollars.


Le secteur agricole excite également les appétits de nombreux investis­seurs du Golfe, notamment Al-Dahra Agricultural Company d’Abu Dhabi et surtout les sociétés Hassan Food et Al-Gharrafa du Qatar. Al Gharrafa a pris une participation dans Adecoa­gro, une entreprise agricole présente en Argentine, au Brésil et en Uruguay. Tandis que Hassan Food a investi dans l’industrie sucrière ainsi que dans l’éle­vage de poulets au Brésil.

Ces quelques exemples démontrent combien les pays latino-américains offrent de nombreuses opportunités aux investisseurs des pays du Golfe. Mais ces investissements ne sont pas sans risque. Ainsi le terminal des containers à Puerto Caballo au Venezuela, qui était géré par DP World des Emirats Arabes Unis, a été nationalisé en 2009. Cela a, quelque peu, tempéré l’enthou­siasme des investisseurs. Mais le Vene­zuela traverse une phase populiste tur­bulente et est, à cet égard, un cas à part et nullement représentatif du comporte­ment des autres pays latino-américains.

Conclusion

Le partenariat Amérique latine-Pays arabes est relativement récent. Le pre­mier sommet (ASPA) qui a réuni les deux régions date de 2005 et a été tenu à Brasilia, à l’initiative du président brésilien Lula da Silva. Trois autres sommets ont eu lieu depuis.

Les deux régions n’ont pas tardé à récolter les dividendes économiques de ce rapprochement diplomatique puisqu’on estime, aujourd’hui, le total de leurs échanges entre 30 et 35 mil­liards de dollars. Certes, l’Amérique latine est loin de rivaliser avec l’UE, premier partenaire commercial des Pays arabes (350 milliards de dollars), ou avec la Chine, 2ème partenaire com­mercial (240 milliards de dollars), ou même l’Inde, 3ème partenaire commer­cial (140 milliards de dollars). Mais, en ce qui concerne les importations agri­coles et alimentaires des pays arabes, l’Amérique latine est aujourd’hui in­contournable. Le cas des pays du Golfe arabe, dont les importations alimen­taires d’Amérique latine oscillent au­tour de 6 milliards de dollars, l’atteste largement.


Nul doute que ce partenariat Sud-Sud est appelé à durer et à se renforcer tant les interdépendances sont, aujourd’hui, évidentes. Espérons cependant que les turbulences moyen-orientales et les instabilités latino-américaines ne vien­dront obstruer les chemins du futur.