Lancement d’un audit pour examiner la bonne gouvernance de la FNM

FNM
FNM

La Fondation nationale des musées (FNM) a annoncé, mardi à Rabat, le lancement d’un audit qui examinera sa bonne gouvernance et lui permettra d’améliorer ses activités.

“La FNM a décidé de lancer cette année un appel d’offres pour l’audit des actes d’achat dont le montant dépasse 500.000 dirhams”, a indiqué Lakhlifa Dahmani, secrétaire général par intérim et trésorier de la FNM lors d’un point de presse consacré à la présentation du bilan et des perspectives de l’institution.

“La réglementation en vigueur stipule que les marchés dont le montant dépasse cinq millions de dirhams sont soumis à un audit spécifique, tandis que les marchés négociés qui dépassent un million de dirhams le sont aussi”, a-t-il souligné, précisant que “la FNM a décidé de multiplier le seuil par dix et élargir l’audit aux actes d’achat dont le montant dépasse 500.000 dirhams”.

“L’objectif derrière cet audit est l’amélioration continue du travail de la FNM”, a expliqué M. Dahmani dans une déclaration à la MAP, ajoutant que ce mécanisme “permettra de donner plus de crédibilité aux actes de gestion de la Fondation et assurer plus de transparence dans sa gestion quotidienne”.

Dans la même veine, Mehdi Qotbi, président de la FNM, a mis en avant les perspectives de l’institution pour l’année 2020 qui connaîtra, entre autres, l’ouverture du premier musée dédié à la photographie au Fort Rottembourg de Rabat, l’ouverture de nouveaux musées à l’instar de celui de Meknès Dar Jamai, dédié à l’histoire de la musique au Maroc, le musée Borj Belkari consacré à l’histoire de la ville, le musée de Bab Okla de Tétouan et le Musée de la place Jamaâ El Fna qui retracera le patrimoine immatériel de Marrakech.


De son côté, Abdelaziz El Idrissi, directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, a souligné que “le but est de doter chaque région d’un musée et renforcer la présence des musées dans des lieux qui sont actuellement ouverts au public”. La FNM a été créée en 2011 dans le but de valoriser le patrimoine muséographique national, en renforçant la gouvernance muséale du pays.