Lancement officiel de l’initiative Women in Africa : « Investir pour une meilleure gouvernance avec les femmes africaines »

Le 25 septembre 2017, marque le lancement officiel de Women in Africa (WIA), à Marrakech, une initiative mondiale sans précédent visant à encourager les entreprises internationales et panafricaines à identifier, rassembler, et accompagner les talents féminins. Partant du constat que les femmes sont l’avenir de l’Afrique, l’objectif du ce premier Sommet est d’identifier les actions prioritaires sur des sujets structurants du continent.

370 hommes et femmes de 35 pays d’Afrique et du monde entier, de tous les secteurs, ont répondu présents, ce lundi 25 septembre, au premier Sommet de Women in Africa, parmi lesquels Zuriel Oduwole, activiste engagée dans l’éducation des jeunes filles en Afrique; Elizabeth Medou Badang, PDG Orange Cameroun; Joel Macharia, fondateur et président directeur général d’Abacus; Evelyne Tall, ancienne directrice générale du groupe Ecobank; Takunda Chingonzo, fondateur du TechVillage, etc.

Cette communauté d’experts et de talents a pour ambition de démontrer la nécessité d’une nouvelle gouvernance avec les femmes africaines.

Lors de son discours à l’occasion de la cérémonie de lancement de Women in Africa, Binta Touré Ndoye, PDG du réseau bancaire Orabank a déclaré : « Nous entendons souvent parler du potentiel de l’Afrique et de celui de ses milliers de femmes fortes et talentueuses. Je suis une femme africaine, parmi des millions d’autres, qui souhaite sincèrement que nous contournions ce virage et passions du potentiel à l’action. Ce dont nous avons besoin en Afrique, c’est de briser les innombrables tabous et de commencer à libérer le véritable potentiel de la moitié de la population du continent…Imaginez ce que le pouvoir de 600 millions de femmes signifie et peut faire lorsqu’il est pleinement exploité… En travaillant ensemble mais aussi main dans la main avec leurs homologues masculins, ces femmes peuvent positivement changer l’avenir de l’Afrique. Les femmes assurent 61,9 % de la production de biens mais seulement 8,5 % des salariés dans le secteur formel. Cette discrimination coûte 95 milliards de dollars chaque année à l’Afrique. »


Figurant parmi les trois piliers de l’initiative Women in Africa, WIA Philanthropy est un fonds de dotation qui encourage le développement d’entreprises créées par de jeunes femmes africaines. Pour cette première année, en étroite collaboration avec le cabinet de conseil Roland Berger, un appel à candidatures de projets entrepreneuriaux a été lancé sur l’ensemble du continent. L’objectif consiste à donner une visibilité accrue aux jeunes entrepreneures en Afrique et dans le monde et à favoriser leurs mises en relation avec des clients, partenaires et investisseurs potentiels.

Les 16 entrepreneures sélectionnées ont été invitées à prendre part au premier Sommet de WIA pour présenter leurs projets.Les 6 finalistes, coachées par Christian Kamayou, fondateur de My African Start Up, ont eu l’opportunité de pitcher leurs projets innovants et de bénéficier du rayonnement mondial du sommet de Women In Africa.

Cette première sélection de talents entrepreneuriaux a été rendue possible grâce au soutien de plusieurs mécènes, notamment Roland Berger, GFI, Stop Hunger, mais aussi Facebook qui a permis une visibilité accrue sur les réseaux sociaux.

Le premier Sommet de WIA est organisé en partenariat avec France Média Monde, Huffington Post Maghreb et IC Publications. L’initiative WIA a déjà reçu l’engagement de nombreux partenaires internationaux comme Orange, Roland Berger, DS Avocats, Engie, Deloitte, Ubuntu Capital, Accor, L’Oréal, Suez, White & Case, OCP.