L’Arabie Saoudite aurait suffisamment d’uranium pour se lancer dans le nucléaire

Arabie saoudite

Selon des documents confidentiels consultés par le journal britannique the Guardian, l’Arabie Saoudite aurait suffisamment de réserves d’uranium pour produire du combustible nucléaire. Une information qui pourrait ressusciter les inquiétudes de la communauté internationale quant à une potentielle course aux armements dans la région.

Le détail des stocks serait mentionné dans des rapports préparés par des géologues chinois qui ont aidé Riyad à cartographier les réserves d’uranium indique le journal. Ainsi, le rapport décrit comment les géologues ont travaillé durant une année pour identifier des réserves qui pourraient produire près de 90.000 tonnes d’uranium. Il s’agirait toutefois de « gisements présumés » précise la même source, indiquant qu’une exploration plus approfondie sera nécessaire pour confirmer la présence de ces réserves. Par ailleurs, une enquête datant de 2019 expliquerait que les réserves d’uranium du pays pourraient potentiellement fournir suffisamment de combustible pour les réacteurs qu’elle souhaite construire, ainsi qu’un excédent dédié à l’exportation.

Le 4 août dernier, le Wall Street Journal rapportait la potentielle construction d’une facilité d’extraction en Arabie saoudite avec l’aide de la Chine. L’Arabie Saoudite a dévoilé en 2017 ses ambitions de production de combustion nucléaire dans le cadre d’un programme d’énergie, et ce, pour assurer son autosuffisance et sa diversification économique. En effet, l’Arabie Saoudite serait livrée à un important gaspillage de ressources naturelles pour produire son électricité alors qu’elles pourraient être destinées à la vente, cela engendrerait un important coût financier qui pousserait le Royaume saoudien à se tourner vers l’énergie nucléaire.

Mais ces raisons laissent l’occident perplexe, dans un contexte où les États recherchent davantage leur sécurité et se servent de leur potentiel nucléaire comme arme de dissuasion et de négociation. Selon la presse israélienne, des voix se seraient élevées pour manifester les inquiétudes vis-à-vis de ce projet. Le média Walla rapporte ainsi qu’un responsable israélien sous couvert d’anonymat, aurait déclaré « il y a des signes inquiétants, nous ne savons toujours pas ce qu’il se passe dans ces installations ». Ainsi, des membres du cabinet de Netanyahu auraient tiré la sonnette d’alarme auprès de leurs homologues américains.

Pour rappel, les États-Unis ont appelé à plusieurs reprises à lutter contre « la prolifération d’armes de destruction massives » et ont imposé plusieurs sanctions à l’encontre de l’Iran pour le non-respect de l’accord sur le nucléaire. Mais selon certains lanceurs d’alertes, Trump aurait également participé à l’élaboration de projets de constructions de centrales nucléaires en Arabie Saoudite, alors que le prince héritier saoudien prévenait en 2018 que « si l’Iran développait une bombe atomique, nous ferions de même, et dans les meilleurs délais ».