L’Armée de l’air chilienne exclut de retrouver des survivants du crash du C-130 Hercules

survivants
survivants

Le commandant en chef de l’Armée de l’air chilienne (FACh), Arturo Merino, a affirmé jeudi qu’il était exclu de retrouver des survivants de l’accident de l’avion militaire disparu depuis lundi dernier alors qu’il se rendait en Antarctique avec 38 personnes à bord.

De même, le général Arturo Merino a confirmé, lors d’une conférence de presse à la base aérienne à Punta Arenas, à 3.000 kilomètres au sud de Santiago, que les équipes de recherches ont retrouvé des restes humains qui seront soumis à des expertises médico-légales afin de confirmer qu’il s’agit bien des passagers du vol disparu, soulignant qu’il est “pratiquement impossible qu’il y ait des survivants”.

De son côté, le ministre de la Défense du Chili, Alberto Espina, a confirmé que les débris et les restes retrouvés appartiennent à l’avion militaire chilien disparu.

Mercredi en début de soirée, l’armée de l’Air chilienne avait annoncé avoir retrouvé des débris en mer sur le site de disparition du C-130 Hercules et de ses 38 passagers.

“La découverte a été faite par le bateau battant pavillon chilien Antarctic Endeavour et il pourrait s’agir de morceaux de mousse des réservoirs internes de combustible du C-130”, a annoncé à la presse Eduardo Mosqueira, commandant de la IVe Brigade aérienne à Punta Arenas.


→ Lire aussi : Avion militaire disparu au Chili: l’Armée de l’Air annonce avoir retrouvé des débris en mer

En début de la journée, le Chili avait annoncé avoir intensifié et élargi le rayon de recherches pour tenter de localiser l’avion militaire disparu lundi avec 38 personnes à bord alors qu’il survolait l’océan austral en direction de la Base Président Eduardo Frei Montalva en Antarctique.

Une quinzaine d’avions et cinq bateaux participent aux opérations de recherches auxquelles plusieurs pays participent aux côtés du Chili. L’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et les Etats-Unis avaient offert leur assistance pour retrouver l’avion disparu des radars 500 km avant l’arrivée à sa destination finale.

Selon un communiqué de l’Armée de l’Air (FACH), l’appareil, un Hercules C130, avait décollé de la base Chabunco de Punta Arenas (pointe sud du Chili) à 16H55 (19H55 GMT) pour rejoindre la base antarctique Eduardo Frei Montalva. Le contact radio avec l’avion de transport militaire a été “perdu” à 18H13 (21H13 GMT), alors que l’appareil survolait le passage de Drake, bras de mer séparant l’extrémité sud de l’Amérique latine et l’Antarctique qui est considéré comme redoutable par les marins.


Quelque 38 personnes avaient pris place à bord de l’appareil: 17 membres d’équipage et 21 passagers. Parmi ces derniers figurent 15 militaires de la FACH, trois de l’armée de Terre, deux d’une entreprise privée de construction, ainsi qu’un fonctionnaire de l’Université de Magallanes.

Le C130 Hercules effectuait des missions de soutien logistique et transférait du personnel pour l’entretien du pipeline flottant d’approvisionnement en carburant de la Base et pour le traitement anticorrosion des installations.