L’Atlantic Council met en avant l’engagement “extraordinaire” du Maroc en faveur de l’énergie propre

 

 Le prestigieux think tank américain Atlantic Council a mis en avant, jeudi, l’engagement “extraordinaire” du Maroc en faveur de l’énergie propre, soulignant que cet “attachement” montre que l’adoption d’un “agenda vert” demeure la meilleure approche pour faire face aux changements climatiques et aux émissions à effet de serre.

“L’engagement extraordinaire du Maroc à l’énergie propre (…) montre qu’un agenda vert représente la meilleure approche pour faire face aux émissions à effet de serre et au changement climatique, et pourrait aussi générer des dividendes budgétaires et diplomatiques non négligeables”, a souligné l’Atlantic Council dans une analyse signée Peter Pham, directeur de l’Africa Center relevant du think tank US.

Dans cet article intitulé “COP22, changement climatique et avenir de l’Afrique”, M. Pham fait observer que le Maroc, en tant que pays hôte de la 22è conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique, défend l’Initiative en faveur de l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (“AAA”).

Cette initiative, a-t-il relevé, repose sur la mise en place de projets concrets pour améliorer la gestion des sols, la maîtrise de l’eau agricole, la gestion des risques climatiques et les capacités et solutions de financement, ajoutant que l’initiative constitue non seulement une réponse clé aux changements climatiques, mais également à l’insécurité alimentaire.

L’initiative est l'”illustration” d’une coopération Sud-Sud visant à promouvoir le développement de l’agriculture, qui se trouve au coeur des Objectifs de développement durable (ODD) et de l’Accord de Paris sur le climat, a noté le directeur de l’Africa Center, notant que les pays africains, qui sont les “moins responsables” des impacts négatifs entrainés par les changements climatiques, découvrent, à eux mêmes, des solutions innovatrices aux défis auxquels ils sont confrontés.


Dans ce sens, M. Pham fait remarquer que le choix du Maroc pour accueillir la COP22 à Marrakech du 7 au 18 novembre n’est pas fortuit, expliquant que le Royaume est bien parti pour atteindre son objectif de porter à plus de 40 pc la contribution des énergies renouvelables à la production électrique, à l’horizon 2020.

Il rappelle, à cet effet, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait inauguré la première centrale “Noor I” du projet solaire “Noor-Ouarzazate”, le plus grand complexe du monde.

Grâce à ce projet d’envergure, le Maroc sera, dès 2018, en mesure de produire 580 mégawatts, ce qui reviendra à alimenter 1.1 million de marocains en électricité, et de réduire les émissions carbones de 760.000 tonnes par an, a-t-il indiqué, en citant le Climate Investment Funds.