Le bras de fer commercial USA-Chine en voie de dénouement, selon Trump

Trump
Trump

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine semblent s’orienter vers un dénouement, selon le président américain, Donald Trump, qui a évoqué ce jeudi “un grand accord” en vue.

“Nous sommes TRES proches d’un GRAND ACCORD avec la Chine”, a écrit M. Trump sur Twitter, son outil de communication favori. “Ils le veulent, et nous le voulons aussi!”, a ajouté le Locataire de la Maison Blanche. Sans donner davantage de précisions, les autorités chinoises ont parlé d’une “étroite communication” entre les négociateurs des deux pays.

Le bras de fer commercial avec la Chine est l’un des dossiers dans lesquels M. Trump met en exécution sa ligne politique dure et sa logique de contestation du multilatéralisme. Bien que ses détracteurs l’accusent de protectionnisme et de porter préjudice aux règles du commerce mondial et au libre-échange qui fondent les économies ouvertes, il répète que son souci est de rééquilibrer le déficit des Etats-Unis avec la Chine et d’empêcher, dit-il, le vol de propriété intellectuelle subi par les firmes américaines.

La conclusion d’un accord viendrait booster sa popularité à l’heure où l’opposition démocrate s’active pour engager une procédure de destitution à son encontre. A Wall Street, l’espoir d’un dénouement du bras de fer entre les deux puissances mondiales a été favorablement accueilli. L’indice vedette du Dow Jones Industrial Average a grimpé au début des transactions de 0,85% à 28.149,77 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,84% à 8.726,69 points et l’indice élargi S&P 500 gagnait 0,86% à 3.168,63 points.

Jusqu’ici, la guerre des tarifs douaniers et l’incertitude sur l’issue de ce bras de fer créent l’incertitude dans les milieux économiques et financiers et affectent les consommateurs et les producteurs à travers le monde.


Aux Etats-Unis cependant, les derniers chiffres de l’emploi ont grimpé en novembre écoulé pour atteindre 260.000 nouvelles créations non agricoles, soit au plus haut niveau depuis le début de l’année. Selon des chiffres du Département du Travail, le taux de chômage est ainsi en recul à 3,5%, un plus bas de 50 ans. Ces statistiques sont nettement meilleures que prévues par les économistes qui s’inquiétaient des conséquences éventuelles des conflits commerciaux et du ralentissement mondial. Pour les analystes, ce rythme soutenu d’embauche traduit la résilience du marché de l’emploi et de l’économie avec l’expansion économique américaine la plus longue jamais enregistrée.