A LA UNEEconomie

Le Brésil réitère sa volonté d’accélérer la négociation de l’accord de libre-échange Maroc-Mercosur

Le Brésil, qui assure la présidence pro tempore du Marché commun du sud (Mercosur), a réitéré sa volonté de donner un coup d’accélérateur à la négociation de l’accord de libre-échange entre ce bloc régional et le Maroc.

Le ministère brésilien des Affaires étrangères (Itamaraty), cité par l’agence de presse ANBA, a indiqué qu' »à travers son ambassade à Rabat, il consulte les autorités marocaines sur la possibilité de reprendre les négociations commerciales avec le Mercosur, interrompu en 2018″.

« Le gouvernement brésilien souhaite reprendre les négociations sur les accords de libre-échange entre le Mercosur et les pays arabes comme le Maroc, la Tunisie et le Liban », ajoute la même source.

Les négociations avec ces pays ont commencé, mais ne sont pas encore conclues pour différentes raisons, notamment à cause des restrictions liées au coronavirus et l’absence de consensus sur cette question au sein du bloc.

→ Lire aussi : Mobilité électrique : signature d’un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil

Le Brésil avait déjà souligné, en octobre 2020, l’importance de conclure des accords avec des pays arabes. « Le Brésil cherche à accélérer la signature d’accords de libre-échange entre le Marché commun du Sud (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) et plusieurs pays arabes, dont le Maroc », avait alors assuré le secrétaire spécial du Commerce extérieur et des Affaires internationales du ministère de l’Économie, Roberto Fendt lors du Forum économique Brésil-Pays arabes.

« Le Mercosur vise à renforcer ses relations commerciales avec les pays arabes et estime qu’il y aurait une grande complémentarité d’intérêts dans les accords de libre-échange avec ces partenaires », a affirmé Itamaraty.

Le bloc sud-américain n’a conclu qu’un seul accord de libre-échange avec les pays arabes, celui scellé avec l’Égypte et entré en vigueur en septembre 2017 après une longue période de négociations.

Le Brésil est également désireux de poursuivre les pourparlers avec un autre pays arabe, la Tunisie. « Les négociations de l’accord de libre-échange entre le Mercosur et la Tunisie ont été suspendues en 2017 », selon le ministère brésilien.

D’après l’agence ANBA, le Mercosur a également entamé des négociations pour un accord de libre-échange avec le Liban. Les pourparlers ont été interrompus en raison de la pandémie, mais ont repris en décembre de l’année dernière. Le Brésil a l’intention d’organiser un nouveau cycle de négociations en ligne ce semestre et prévoit de conclure l’accord en 2022.

D’autre part, un accord avait été signé en 2011 entre le Mercosur et la Palestine, mais sa non ratification par tous les membres du bloc retarde son entrée en vigueur, malgré son approbation par le Congrès brésilien en septembre 2018.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page