Le Brexit domine le dernier sommet européen de l’année

le Brexit

Les leaders européens se retrouvent ce jeudi à Bruxelles pour leur dernier sommet de l’année qui s’ouvre l’après-midi par une rencontre sur le Brexit, convoquée in extremis après la décision de la Première ministre britannique Theresa May de reporter le vote du Parlement britannique sur l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, sur fond de “profondes divisions”.

A peine échappée à une motion de défiance lancée à son encontre par des députés rebelles de son parti conservateur hostiles à l’accord, Mme May veut discuter avec les Vingt-sept des préoccupations des parlementaires britanniques qui demeuraient particulièrement opposés à la solution trouvée pour éviter le retour d’une frontière physique entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, dite solution du backstop.

“Nous ne renégocierons pas l’accord, ni la solution de dernier recours, mais nous sommes prêts à examiner comment faciliter la ratification par le Royaume-Uni. Comme le temps presse, nous examinerons aussi notre état de préparation à un scénario d’absence d’accord”, a souligné le président du Conseil européen Donald Tusk qui a convoqué dés lundi cette rencontre consacrée au Brexit, au premier jour du sommet européen qui se tient jeudi et vendredi à Bruxelles.

→ Lire aussi : Brexit : l’Assemblée nationale adopte un projet de loi protégeant les intérêts de la France

Dans sa lettre d’invitation au sommet, M. Tusk a souligné qu’il sera question d’abord pour les leaders européens d’écouter l’évaluation de la Première ministre britannique concernant le dossier du Brexit, avant de se réunir plus tard à 27 ans pour discuter de la question et adopter des conclusions pertinentes.


A la veille du sommet européen consacré au Brexit, les dirigeants des groupes politiques au Parlement européen ont également exclut toute renégociation de l’accord de retrait négocié avec la Première ministre Theresa May qui était, à leurs yeux, équitable et équilibré, “le seul accord possible” pour garantir un retrait ordonné de l’UE en 2019.

Ils ont, par ailleurs, exhorté la Commission européenne et les États membres à poursuivre et intensifier leurs travaux pour se préparer à une éventuelle absence d’accord.

Outre le Brexit, le Conseil européen des 13 et 14 décembre s’intéresse principalement au budget à long terme de l’UE, au marché unique, aux migrations et aux relations extérieures, ou encore aux défis de la zone euro.