Le Canada demande à Alger de fixer « sans délai » une date pour la présidentielle

Par Saad Bouzrou

Après la déclaration de Washington qui affirme son soutien à un processus politique basé sur des élections qui « respecte la volonté des Algériens », le Canada réagit officiellement à l’annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika de reporter sine die les élections présidentielles en Algérie, en exhortant, mercredi 13 mars 2019, l’Algérie à « fixer sans délai une nouvelle date » pour le scrutin, prévu initialement le 18 avril prochain.

« Le Canada appuie des élections démocratiques, libres et justes en Algérie, et se tient prêt à contribuer à ces efforts », a déclaré, selon l’AFP, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. « Nous encourageons le gouvernement de l’Algérie à fixer sans délai une nouvelle date pour la tenue des élections », a précisé Ottawa, notant que « la gouvernance de l’Algérie, y compris le choix du président, est une décision qui revient au peuple algérien ».

→Lire aussi : Algérie : les États-Unis appellent à des élections « libres et justes »


Le gouvernement canadien a poursuivi dans son communiqué que « Le Canada suit de près l’évolution de la situation en Algérie », réaffirmant ses « relations étroites » avec Alger et souhaitant à son peuple « la paix, la stabilité et la prospérité ».

Confronté à une série de manifestations sans précédent, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé, lundi 11 mars 2019, qu’il renonçait à briguer un cinquième mandat et a décidé de reporter, sans fixer de date, les élections présidentielles censées avoir lieu le 18 avril prochain.