Le conseiller national pour la sécurité américain Bolton critique l’influence Russe et Chinoise en Afrique

Le conseiller national pour la sécurité américain Bolton critique l’influence Russe et Chinoise en Afrique

Les Etats-Unis envisagent de contrer l'influence politique et économique grandissante de la Chine et de la Russie en Afrique, où les deux pays utiliseraient des pratiques commerciales corrompues sans grand respect de la règle de droit, selon les propos tenus jeudi par les Etats-Unis et son conseiller national pour la sécurité, John Bolton.

La première priorité des États-Unis sera de développer des liens économiques avec la région afin de créer des opportunités pour les entreprises américaines et de protéger l'indépendance des pays africains, ainsi que les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis, a-t-il déclaré dans ses remarques préparées.

"Les grandes puissances concurrentes, notamment la Chine et la Russie, développent rapidement leur influence financière et politique à travers l'Afrique", a déclaré Bolton.

"Ils ciblent délibérément et agressivement leurs investissements dans la région pour obtenir un avantage concurrentiel sur les États-Unis."

Le discours de Bolton à la Heritage Foundation, un groupe de réflexion conservateur, intervient alors que le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping, dirigeants des deux plus grandes économies du monde, cherchent à résoudre les différends commerciaux qui ont secoué les marchés mondiaux et créé une incertitude économique.

«La Chine utilise des pots-de-vin, des accords opaques et l'utilisation stratégique de la dette pour tenir les États africains captifs aux souhaits et demandes de Beijing. Ses entreprises d’investissement sont truffées de corruption », a déclaré Bolton dans son allocution.

Bolton avait des mots tout aussi durs envers la Russie.

"Sur l'ensemble du continent, la Russie développe ses relations politiques et économiques sans trop se préoccuper de l'état de droit ou d'une gouvernance responsable et transparente", a-t-il déclaré.

Il a accusé Moscou de vendre des armes et de l'énergie en échange de votes aux Nations Unies, "des votes qui maintiennent les hommes forts au pouvoir, sapent la paix et la sécurité et vont à l'encontre des intérêts des peuples africains".

Les politiques de développement de la Chine en Afrique ont été une préoccupation pour Washington alors que les États-Unis cherchent à accroître le financement du développement face aux ambitions mondiales de la Chine.

Le président de la société américaine Overseas Private Investment Corp (OPIC) a déclaré en juillet que la Chine endettait les pays pauvres d'une dette insoutenable par le biais de projets d'infrastructure à grande échelle non viables sur le plan économique.

En octobre, Trump a signé une législation remaniant la manière dont le gouvernement fédéral prête de l'argent pour le développement à l'étranger, créant ainsi un organisme de 60 milliards de dollars destiné principalement à répondre à l'influence croissante de la Chine. La nouvelle US International Development Finance Corp. regroupe OPIC et d’autres organisations gouvernementales de développement.

L'initiative «Ceinture et route» de Xi, dévoilée en 2013, vise à construire un réseau d'infrastructures reliant la Chine par voie terrestre et maritime à l'Asie du Sud-Est, à l'Asie centrale, au Moyen-Orient, à l'Europe et à l'Afrique.

Abdellah Chbani avec Reuters

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :