Le Covid-19 déclenche un net déclin du commerce mondial, selon la CNUCED

CNUCED

La pandémie du coronavirus Covid-19 a déclenché un net déclin du commerce mondial en réduisant sa valeur de 3% au cours du premier trimestre de cette année, selon les dernières données de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED).

Le ralentissement devrait s’accélérer au deuxième trimestre, avec un commerce mondial devant enregistrer une baisse de 27% en glissement trimestriel, fait observer l’agence onusienne dans le rapport du Comité de coordination des activités statistiques (CCSA).

Cet effondrement du commerce mondial s’accompagne aussi d’une baisse marquée des prix des matières premières, qui ont chuté précipitamment depuis décembre 2019.

L’indice des prix des produits de base sur le marché libre de la CNUCED (FMCPI), qui mesure les mouvements de prix des produits de base exportés par les économies en développement, a perdu 1,2% de sa valeur en janvier, 8,5% en février avant de s’écrouler autour de 20,4% en mars, fait observer la même source.

La chute des prix des carburants a été le principal facteur de cette forte baisse, avec un recul de 33,2% en mars, tandis que les prix des minéraux, minerais, métaux, denrées alimentaires et matières premières agricoles ont chuté de moins de 4%.


La CNUCED explique la baisse de 20% des prix des matières premières (un record) par la forte baisse des prix du pétrole. En comparaison, pendant la crise financière mondiale de 2008, la baisse maximale en glissement mensuel a été de 18,6%. À l’époque, la baisse a duré six mois.

« Il est inquiétant de constater que la durée et la force globale de la tendance actuelle à la baisse des prix des matières premières et du commerce mondial restent incertaines », souligne l’agence onusienne, tout en relevant « les signes modestes de reprise notés depuis la fin de 2019 sur la valeur des échanges mondiaux de marchandises.

Ce rapport est le fruit d’une coopération entre la communauté statistique internationale et les bureaux et systèmes statistiques nationaux du monde entier, coordonnée par la CNUCED.

« Partout, les gouvernements sont pressés de prendre des décisions de redressement post-Covid-19 avec des conséquences à long terme », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, cité par le communiqué.


Mais selon le chef de cette agence onusienne, ces décisions devraient être fondées sur les meilleures informations et données disponibles. La CNUCED affirme avoir joué un rôle central en réunissant presque une quarantaine d’organisations internationales pour compiler des faits et des chiffres précieux afin de soutenir la réponse à la pandémie du nouveau coronavirus.