Le Danemark retire une centaine de ses soldats vers le Koweït

Danemark
Danemark

Une centaine de soldats danois sont arrivés jeudi au Koweït, un jour après que la Première ministre Mette Frederiksen a annoncé leur retrait temporaire de la base Ain Al-Asad en Irak en raison de la situation tendue au Moyen-Orient.

La ministre de la Défense Trine Bramsen a précisé jeudi sur Twitter que les soldats danois, à bord d’un avion Hercules, ont atterri au Koweït où ils seront temporairement déployés.

“Nos soldats ont débarqué au Koweït. Leur sécurité est la première priorité. Espérant pouvoir continuer bientôt la lutte contre ISIS”, a écrit Mme Bramsen, en allusion au mouvement terroriste dit “État islamique”.

Cette décision intervient dans le sillage de l’attaque iranienne de deux bases militaires à Ain Al-Assad et Erbil en Irak, en représailles à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, la semaine dernière près de l’aéroport de Bagdad.

→ Lire aussi : Irak : l’Allemagne annonce le retrait d’une partie de ses soldats

“Je suis heureuse que le déménagement se soit déroulé rapidement et dans les délais. Et j’ai un grand respect pour les soldats qui sont laissés à la base, où ils continuent d’accomplir des tâches importantes”, a déclaré Mme Bramsen sur le site Web de la Défense.

Outre les 133 soldats de la base Ain Al-Asad, le Danemark fournit également huit soldats – officiers d’état-major – à la mission de l’OTAN à Bagdad. Ils sont eux aussi temporairement déployés au Koweït.

“Lorsque la situation sera à nouveau différente, lorsque les activités de formation pourront reprendre, ils devront bien sûr retourner en Irak pour poursuivre la lutte contre Isis”, a souligné la ministre dans une vidéo sur le site Internet du ministère de la Défense.

Le Danemark a déployé des soldats en Irak depuis 2014 dans le cadre de l’opération Inherent Resolve, une coalition internationale formée pour repousser la menace de l’EI en Irak et en Syrie.

D’autres pays de l’UE, dont l’Espagne et l’Allemagne, ont également décidé de retirer certains soldats d’Irak.